En ce moment
 
 

Bagarre géante entre une soixantaine de jeunes à Watermael-Boitsfort: une personne dans un état grave

 
 

"Déploiement policier à Watermael-Boitsfort", nous a écrit un internaute via le bouton orange Alertez-nous hier soir. Une intervention de police d'importance a eu lieu à 18h30 ce dimanche sur la commune bruxelloise de Watermael-Boitsfort.

Des jeunes venus d'autres communes se battre dans l'agora d'un quartier paisible

Selon Laurent Masset, le porte-parole de la zone de police, les forces de l'ordre ont dû "séparer quelques jeunes sur un terrain de sport." "Quelques" était cependant sous-évalué : ils étaient plus de 60 à s'être affrontés sur un terrain de sport. Toujours selon le porte-parole, "les jeunes proviennent de différentes communes et le partage de l'espace est compliqué en cette période". Ils s'y sont rendu en bus visiblement pour en découvre. "C'est ce que les policiers disent. Ce ne sont pas des gens de Boitsfort, ce sont des gens d'Anderlecht, Molenbeek et tout ça. Et quand vous dites quelque chose de travers on vous dit que vous êtes un ci ou un ça. C'est pour ça qu'on ne dit plus rien", confirme un riverain.

Un jeune gravement blessé à la tête

"Comme ça, j'avais encore jamais vu! J'ai eu peur", nous raconte une voisine âgée. "Comme ils étaient là-bas, je me suis dit que j'allais vite sortir mon chien." C'est alors qu'elle voit l'imposant déploiement policier. "Il y avait des voitures de police jusque là-bas!" En tout, ce sont une dizaine de voitures, une auto-pompe et l'hélicoptère de la police fédérale.

Un des jeunes a été gravement blessé. "Il y en avait un qui était assis sur la bordure au coin de la maison. Il tenait sa tête dans les mains et avait du sang plein les mains", se souvient encore la riveraine. Il aurait reçu un coup de katana, un sabre japonais. Une batte de baseball a également été retrouvée dans les buissons.

Pas les premiers incidents

Samedi déjà, des incidents avaient éclaté. Une autre riveraine du parc nous explique: "J'avais fait mes cheveux. Tout d'un coup je regarde par la fenêtre et je dis: "Mais il y a un homme dans notre jardin!" J'appelle mon mari qui est allé voir. C'était un homme qui s'était enfui d'une bagarre."

En septembre 2020, 63 riverains avaient déposé plainte à la commune, se plaignant de nuisances de plus en plus importantes depuis la création de cet agora. Certains parlent même de trafic de drogue.

Exagéré par les riverains selon un jeune

Un jeune interpelle nos reporters sur le terrain. Selon lui, tout ça est exagéré par les riverains. "Il y a eu une petite altercation mais c'est tout. Tous les voisins ici et là ils ne sont pas contents. Ils ne veulent pas nous voir. Ils disent qu'il y a trop de noirs et trop d'arabes ici. Que leur fils de 15 ans n'ose pas venir jouer alors que c'est pas vrai quoi."

"Les incidents de ce week-end montrent que cela nécessite vraiment un accompagnement et une présence supplémentaire. Il faut une intervention au niveau de la commune pour accompagner les jeunes qui sont sur ce terrain", estime cependant Laura Squartini, conseillère communale dans l'opposition. Malgré plusieurs demandes, le bourgmestre Olivier Deleuze n’a pas souhaité nous parler.

La police continue l'enquête

Hier, à 20h30, la situation était revenue à la normale, toujours selon ce porte-parole de police. Mais une partie de la police locale y a cependant passé toute la nuit, selon nos informations.

Plusieurs identifications ont eu lieu et la police était encore à la recherche d'indices ce matin. Un des jeunes sera convoqué pour une audition prochainement.




 

Vos commentaires