En ce moment
 

Charles-Phillippe, agriculteur, est en colère: une de ses vaches est décédée après avoir ingurgité une canette jetée le long de sa prairie

Les déchets sauvages jetés le long des routes empoisonnent la vie des agriculteurs. A Braine-le-Comte, c'est un éleveur de bovins qui en a fait les frais. L'une de ses vaches est décédée après avoir ingurgité une canette en aluminium.

"4 canettes sur 10 mètres. Ici, elles sont encore entières. Le plus dangereux pour le bétail, c’est cette canette-ci", explique Charles-Philippe Huart, agriculture, en montrant une canette cassée dans le RTL Info 13h. Des déchets comme ceux-ci sont retrouvés quotidiennement le long de ses prairies. Et les premières victimes sont les vaches.

Mardi, Charles-Philippe a vu une de ses bêtes en pleine gestation mourir dans d’atroces souffrances. "Obligation de faire une césarienne. Et en la faisant, on a découvert que l’estomac était perforé, dû à une canette. Ensuite, on a ouvert la matrice pour récupérer le veau et il était vivant." Un moment difficile à vivre pour l’agriculteur qui produit du lait et du beurre. Charles-Philippe ne comprend pas ces comportements qui ont des conséquences dramatiques sur la faune et l’environnement. "Non seulement aux prairies de pâturage, aux prairies qu’on fauche, mais il ne faut pas oublier que les agriculteurs mettent aussi des petits pois, des haricots. Lorsqu’il y a une canette dedans, c’est aussi une catastrophe alimentaire humaine."


Pas de solution miracle

La Fédération Wallonne de l’Agriculture est fréquemment confrontée à des problèmes similaires. Malheureusement, aucune solution miracle n’existe. "Les agriculteurs sont obligés de récolter les déchets divers, canettes, bouteilles, plastiques, cartons… qui se trouvent le long de leur champs, en bordure de route, que ce soit des terres de culture ou des prairies, explique Alain Masure, directeur du service étude de la Fédération Wallonne de l’Agriculture. C’est un phénomène qui existe depuis pas mal de temps et qui ne semble pas se réduire."

Charles-Philippe espère que son message sera entendu… et fera peut-être évoluer certaines mentalités !

Vos commentaires