Accueil Actu Belgique Politique

Crises et inflation: le gouvernement bruxellois donne un peu d'air aux finances communales

Le gouvernement a approuvé, en première lecture, un projet d'arrêté visant à soutenir les finances des communes bruxelloises via une nouvelle capacité d'emprunt d'un montant total de 30 millions d'euros qui sera mis à leur disposition en 2023 et 2024, soit 15 millions par an, a annoncé lundi le ministre bruxellois en charge des Pouvoirs locaux, Bernard Clerfayt (DéFI).

Dans un communiqué, celui-ci a indiqué que les dépenses ordinaires des communes bruxelloises avaient augmenté de 9% entre 2022 et 2023 en raison d'une hausse des coûts salariaux due aux indexations successives, des frais liés aux bâtiments (énergie, entretien, rénovation, etc.), des charges de la dette impactées par l'augmentation des taux d'intérêt, … En cause: les dernières crises et le niveau élevé d'inflation.

Conséquence, selon le ministre bruxellois: des dépenses qui progressent plus vite que les recettes, ce qui entraîne un manque de liquidités. Pour pallier ce manque de liquidités, les communes n'ont d'autre choix que de faire appel à des avances de trésorerie ou des crédits de caisse.

"Les pouvoirs locaux doivent faire face à ce contexte difficile tout en continuant à relever les nombreux défis qui les attendent: transition énergétique, financement des pensions, etc. Nous avons déjà mis en place des aides exceptionnelles mais la situation financière des communes reste tendue", a commenté Bernard Clerfayt.

Face à ce constat, le ministre bruxellois des Pouvoirs locaux, a décidé de mettre à disposition des communes une nouvelle capacité d'emprunt auprès du Fonds régional bruxellois de refinancement des trésoreries communales.

"Cette mesure s'inscrit toujours dans une volonté de bonne gouvernance. Nous aidons les communes, mais en contrepartie, elles devront s'engager à prendre des mesures permettant d'améliorer leur situation budgétaire et financière: nettoyage des créances douteuses, constitution de provisions, limitation des coûts… ", a encore dit le ministre amarante.

À la une

Sélectionné pour vous