Accueil Actu Belgique Société

Après l'Allemagne, la Belgique pourrait-elle bientôt légaliser le cannabis à des fins récréatives ? Voici la réponse d'un expert 

En Allemagne, c'est un jour qui fera date. Le pays a, aujourd'hui, légalisé la détention et consommation de cannabis à des fins récréatives. Cependant, l'accès à cette drogue reste soumis à de nombreuses règles. Par exemple, il ne sera pas possible de fumer n'importe où, ni n'importe quand. À noter qu'après Malte et le Luxembourg, l'Allemagne est le troisième et plus grand pays européen à légaliser le cannabis. 

Suite à cette décision prise chez nos voisins, qu'en est-il de chez nous ? Que dit la loi ? En sachant qu'en Belgique, le cannabis à des fins récréatives n'est pas légalisé, mais sa consommation est rarement poursuivie. 

"Pour le moment, c'est strictement interdit. La police continue d'enregistrer plus ou moins 30 000 faits pour détention de petite quantité chaque année. Mais en effet, les parquets, qui manquent de personnel, ont d'autres choses à faire et ne poursuivent pas ce type d'affaire. Il faut dire qu'il y a aussi de nombreux points de vente illégaux dans les quartiers, ce qui génère des tensions, des fusillades à Bruxelles ces derniers temps", explique Stéphane Leclercq, directeur de la fédération bruxelloise des institutions spécialisées en matière de drogues et d'addictions. 

Il précise également que le cannabis est la drogue illégale la plus vendue en Europe, et qu'on estime ce marché à plus de 12 milliards d'euros chaque année. Et alors que la légalisation reste un débat chez nous, la mesure de la légalisation ne risquerait-elle pas de banaliser la consommation de drogue ? Selon le directeur, la réponse est non. 

"Pas du tout. Il s'agit évidemment de réglementer ça convenablement. C'est-à-dire de faire cela différemment qu'avec l'alcool par exemple. On souhaite qu'il n'y ait pas une trop grande facilité d'accès, pas de publicités (...). On se rend compte également que ce n'est pas l'interdiction qui a le plus de poids sur les niveaux de consommation. (...) Donc ça nous paraît, pour notre fédération, être une politique alternative qu'il faudrait vraiment envisager en Belgique. D'évaluer, d'ajuster années après années". 

Mais du coup, une légalisation pourrait-elle avoir un impact sur l'augmentation des faits de violence comme on connaît à Bruxelles depuis quelques semaines ? "Ce serait très certainement quelque chose qui pourrait avoir un impact. Plus que les sanctions en tout cas. (...) Donc oui, ça nous paraît être une solution à analyser", conclut Stéphane Leclercq. 

 

À lire aussi

Sélectionné pour vous

Commentaires

5 commentaires

Connectez-vous à votre compte RTL pour interagir.

S'identifier S'inscrire
  • Quel niveau de réflexion au ras des pâquerettes mon Lapin...

  • vous êtes pas le pingouin qui glisse le plus loin sur la banquise

  • Expert ou pas, quand le PS verra que ça peut lui rapporter des électeurs, il fera tout pour légaliser cette crasse, quitte à ce que le nombre de morts sur les routes augmente ainsi que le nombre d'agressions. Sans compter que les fumeurs de joints seront tentés d'essayer les drogues dures.

    roger rabbit
     Répondre
  • "es parquets, qui manquent de personnel, ont d'autres choses à faire et ne poursuivent pas ce type d'affaire." de là on déduit que l'interdiction n'est pas efficace ! Mais c'est la "justice" qui n'est pas efficace ! En Belgique, quand on n'est pas capable de faire respecter une loi, on la contourne, on "légalise". Quel preuve de courage !

    roger rabbit
     Répondre
  • Je suis totalement pour et je suis non fumeur mais avec des règles, pas de tolérence en cas de contrôle routier si positif etc. Au moins les milliards récoltés avec cette légalisation seront logiquement (mais bien sûr on avec la Belgique on ne sait pas) ce sera des milliards en moins de taxes à nous prélever.

    keykeybe greg
     Répondre