En ce moment
 

La Ville de Bruxelles se retire du futur procès de Mehdi Nemmouche: pourquoi un tel revirement?

C'est une information RTL qui est confirmée par la Ville de Bruxelles. La capitale belge et la zone de police de Bruxelles-Capitale-Ixelles se retirent du dossier de l'attentat du Musée juif. La constitution de partie civile de la ville reposait sur le fait qu'elle avait subit un dommage moral et une atteinte au niveau de son image.


Rappel des faits

Le samedi 24 mai 2014 à Bruxelles. Un homme rentre dans le Musée juif et abat quatre personnes à l'aide d'un revolver puis d'un fusil d'assaut. C'est le premier attentat commandité par l'Etat islamique qui touche la Belgique. Les caméras du monde entier sont alors pointées vers la capitale belge, le drame touche l'image du pays et de Bruxelles.


La Ville se retire du futur procès: pourquoi?

La constitution de partie civile réalisée par l'avocat Marc Uyttendaele était commune entre la Ville de Bruxelles et la zone de police de Bruxelles-Capitale-Ixelles.

Wafaa Hamich, la porte-parole de la Ville de Bruxelles, précise que la décision de retrait a été prise en bonne intelligence avec le Musée juif de Belgique: "Nous avons décidé de nous retirer dans l'objectif de ne pas alourdir la procédure. Nous précisons que nous pouvons a tout moment réintroduire notre constitution. Mais nous voulons gagner du temps".


La réaction de la défense de Mehdi Nemmouche

Les avocats de Mehdi Nemmouche, Me Sébastien Courtoy et Me Henri Laquay, ont également réagi: "Nous avons fait savoir que nous soulèverons l'irrecevabilité de toute partie civile n'ayant pas d'intérêt. La Ville de Bruxelles et la zone de police n'ont aucun intérêt a agir. Sinon n'importe qui pourrait se constituer partie civile, le comité de quartier, la région de Bruxelles-capitale, l'Etat belge, l'Union européenne, etc.".

Le dossier de Medhi Nemmouche doit être analysé par la chambre des mises en accusation au plus tôt début mars, en vue d'un procès probablement à la fin de l'année, ou au début de l'année prochaine.

Benjamin Samyn

Vos commentaires