En ce moment
 
 

Engie compte introduire une nouvelle demande de permis pour sa centrale au gaz à Vilvorde

 
 

Thierry Saegeman est l’administrateur-délégué d'Engie-Electrabel. Il était l’invité du 7h50 au micro de Fabrice Grosfilley et a abordé la question de la sortie du nucléaire en 2025. Parmi les alternatives au nucléaire, on parle de centrales au gaz. Le projet prévu à Vilvorde par Engie-Electrabel avait été refusé par la Région flamande. L’opérateur électrique compte introduire une nouvelle demande de permis.

Les centrales nucléaires et leur prolongation continuent de faire débat au sein de notre pays. Une sortie définitive devrait être prévue pour 2025 mais cela suscite encore beaucoup de controverses. Pour le patron d’Engie, il est trop tard pour faire machine arrière. Thierry Saegeman évoquait, ce jeudi matin sur les ondes de BEL RTL, les autres options envisageables pour mettre fin à l’utilisation du nucléaire en Belgique. Il était l’invité de 7h50 au micro de Fabrice Grosfilley.

L’alternative au nucléaire mise en avant par le gouvernement est de construire de nouvelles centrales au gaz. Ce projet est tout à fait envisageable pour le patron d’Engie : "il reste du temps" et "tout le monde a pu participer aux enchères récemment", dit-il. Engie-Electrabel a d’ailleurs participé à cet appel d’offres et l’a remporté. "Nous avons des projets dans lesquels nous croyons et nous souhaitons pouvoir les réaliser dans les temps pour contribuer à la sécurité d’approvisionnement", insiste Thierry Saegeman.

 Dans son projet, Engie prévoit l’installation de deux centrales au gaz : l’une aux Awirs (Flémalle) et la seconde à Vilvorde. Mais la Région flamande a refusé la demande de permis pour la centrale de Vilvorde. La ministre flamande de l’environnement, Zuhal Demir, avait noté certaines remarques notamment concernant des émissions d’ammoniac. "Nous avons bien écouté la ministre flamande de l’Environnement et nous allons réintroduire une nouvelle demande de permis", a assuré le CEO d’Engie. "Tout ce que nous voulons, c’est que cette demande soit traitée avec la célérité nécessaire et je pense que c’est possible car tous les éléments du dossier sont connus", poursuit-il.

Thierry Saegeman espère une réponse avant l’été 2022 afin d’entamer les démarches nécessaires en temps et heure. "Ce serait encore possible de contribuer à la sécurité d’approvisionnement du pays avec Vilvorde."

Cette nouvelle centrale au gaz se serait dotée des dernières technologies de pointes, également en termes d’émission d’azote et d’ammoniac. "On ne pourrait pas faire mieux que cette centrale au monde", note l’invité de Fabrice Grosfilley. "Et je précise que nous avons gagné ces enchères car elle est basée sur le moindre coût, c’est le prix le plus bas. C’est la meilleure solution pour notre pays, la moins coûteuse si on doit passer à une alternative pour le nucléaire."


 

Vos commentaires