En ce moment
 
 

Les oreillons touchent des étudiants à Bruxelles: "C'est une maladie virale très contagieuse"

Les oreillons frappent les étudiants de l'UCLouvain sur le site de Woluwé à Bruxelles et pourraient bien gagner le site de Louvain-La-Neuve. Des dizaines de cas ont été recensés ces dernières semaines. Cette maladie est extrêmement contagieuse et la période d'incubation est relativement longue. Les membres de la communauté universitaire ont reçu un mail d'avertissement.

Sur le campus de Woluwe-Saint-Lambert, les étudiants ont entendu parler des cas d’oreillons, mais ne sont pas inquiets. "Je n'ai jamais eu mais je suis vaccinée, donc normalement je suis protégée", explique une jeune étudiante. "Je suis vacciné mais je n'ai aucune idée des symptômes en fait, je ne sais même pas ce que ça fait", confie un étudiant. "Je n'ai pas été atteint moi-même, mais mon colloque oui. J'ai entendu que ça pouvait amener à une certaine stérilité, donc il ne faut pas prendre ça à la légère", indique un autre.

C'est une maladie virale très contagieuse

Plusieurs dizaines de cas ont été recensés sur le site de Woluwe-Saint-Lambert. Le médecin des étudiants a vu plusieurs personnes inquiètes venir frapper à la porte de son bureau ces derniers jours.

Augmentation des glandes salivaires, fièvre, maux de tête, ce sont les symptômes des oreillons. Une maladie très contagieuse. "C'est une maladie virale très contagieuse, que ce soit par la salive, ou que ce soit par tout ce qui est aérien, donc expectorations, crachats et autres", précise Christine Jadoul, médecin des étudiants.

Un risque durant les fêtes estudiantines?

Ce mercredi débutent les 24h vélo de Louvain-La-Neuve : la fête estudiantine rassemble des milliers d’étudiants. "Ce n'est pas problématique. Les oreillons, c'est une pathologie virale tout à fait bénigne, qui se soigne de façon tout à fait symptomatique et qui, en principe, n'a pas de conséquence", explique Christine Jadoul.

Mais qu’en est-il alors des risques de stérilité pour les hommes ? "Dans de rares cas, en effet, on peut avoir des complications aux oreillons: l'orchite, une inflammation des testicules qui, dans certains cas, peut donner une stérilité. On peut aussi avoir dans de rares cas des méningites", ajoute Christine Jadoul.

Vaccin pas obligatoire, mais recommandé

Le vaccin contre la rougeole, la rubéole et les oreillons n’est pas obligatoire, mais fortement recommandé : avec une première injection à 12 mois et un rappel à 12 ans.

Vos commentaires