En ce moment
 

Un scientifique belge DÉMONTE totalement l'étude sur la dangerosité de l'alcool: pas 37% de risque, mais seulement 1,3%

Un scientifique belge DÉMONTE totalement l'étude sur la dangerosité de l'alcool: pas 37% de risque, mais seulement 1,3%

Fortement relayée par les médias pour son ton alarmiste, une étude, publiée fin août dernier par la réputée revue scientifique The Lancet, indiquait qu'une consommation, même modérée, de la molécule d'éthanol (présente dans les boissons alcoolisées) serait mauvaise pour la santé. L'étude recommandait l'abstinence et la mise en place de mesures politiques sévères pour réduire la consommation. Selon Fabrizio Bucella, professeur ordinaire en sciences à l'Université Libre de Bruxelles et sommelier, cette étude présente une interprétation faussée des résultats. Dans une analyse critique, il explique que l'étude "confond risque absolu et risque relatif" et nuance ainsi les conclusions faites.

L'étude réalisée par des chercheurs de l'Université de Cambridge, et dirigée par le statisticien David Spuegelhalte, a voulu savoir combien de personnes développent une des 23 pathologies liées à l'éthanol sur une période de 12 mois. Les trois interprétations données de l'étude sont les suivantes :

1) "Les personnes abstinentes n'ont pas de risque de développer une maladie liée à l'éthanol?"

2) "L'augmentation du risque est forte pour les personnes qui boivent deux verres par jour (7 personnes sur 100 développent la maladie)?

3) "Pour la dernière catégorie (5 verres par jour), il existe plus d'une chance sur trois (37%) de développer une maladie"


Ses conclusions montrent des différences de risque insignifiantes

D'après Fabrizio Bucella, l'étude fausse les données en les interprétant en "risque relatif", c'est-à-dire en s'intéressant seulement à l'augmentation du risque et non à la probabilité réelle de développer une maladie, qui s'exprime en "risque absolu".

Il nuance ainsi les conclusions de l'étude en amenant 3 contre-interprétations :

1) Parmi les personnes abstinentes, il y en a 914 sur 100 000 qui développent une pathologie liée à l'alcool

2) Exprimé en risque absolu (qui se calcule par le nombre de personnes développant une pathologie par rapport à la taille de la population), il n'y a qu'une personne sur 100 buvant 2 verres par jour qui développe la maladie et non 7

3) Le risque absolu des personnes buvant 5 verres par jour est de 1,3%, ce qui nuance les 37% exprimées dans l'étude

"Vu que les abstinents peuvent également développer une pathologie liée à l'éthanol, cela nous rappelle alors que le risque zéro n'existe pas", conclut Fabrizio Bucella.

Par conséquent, que l'on ne boive pas (0,914% de risque absolu) ou que l'on boive de manière modérée 1 verre par jour (0,918% de risque absolu), les risques sont à peu près les mêmes. Si l'on boit de manière modérée 2 verres par jour (0,977% de risque absolu), le risque n'est pas sensiblement très différent.


Un scientifique également oenologue

Physicien, Docteur en sciences, Fabrizio Bucella est professeur ordinaire à l'Université Libre de Bruxelles (ULB) où il y enseigne les maths et la physique depuis plus de 10 ans. Également sommelier de l'Associazione Italiana Sommelier (AIS), il est directeur et professeur de l'école d'oenologie Inter Wine & Dine (IWD). Auteur de L'Anti-guide du vin publié aux éditions Dunod, il intervient dans les médias en tant que spécialiste du vin et publie régulièrement des chroniques pour Le Huffington Post, La Revue du Vin de France et le Wolvendael Magazine. Il publie également des articles scientifiques dans la Revue des oenologues et des techniques vitivinicoles et oenologiques.

Vos commentaires