En ce moment
 
 

A 23 ans, ce jeune Namurois dirige une start-up qui cartonne: "On prépare et livre des plats sains à base de produits locaux" (vidéo)

A 23 ans, ce jeune Namurois dirige une start-up qui cartonne: "On prépare et livre des plats sains à base de produits locaux"
 
 

Livrer des plats de qualité, préparés avec des produits frais et locaux. C’est l’objectif d’une start-up lancée par un jeune namurois de 23 ans. Depuis le premier confinement, il y a une demande croissante pour ces nouvelles façons de consommer. Depuis son lancement, "Fresheo" a déjà distribué plus de 140.000 repas en Wallonie et à Bruxelles.

Nos reporters sont allés dans les cuisines d'une jeune start-up namuroise: Fresheo. Chaque semaine, 3.000 plats sortent de ses fourneaux et sont livrés en Wallonie et à Bruxelles. Pourtant, la production est artisanale et les produits sont locaux: "En légumes, on a des carottes et navets glacés, des pommes de terre rissolées et passées au four et un filet de poulet rôti passé au four également, explique Cyril Van Bamis, chef de cuisine chez Fresheo. C'est comme chez soi, on travaille des produits frais, on essaie de satisfaire les clients en leur permettant de manger sainement. On prend du plaisir à cuisiner car ce n'est pas une cuisine industrielle".

"Tout est fait maison, confirme Marvin Ndiaye, directeur-fondateur de Fresheo. C'est hyper important de mettre l'humain en valeur. Dans l'industriel, malheureusement, il y a beaucoup plus de machines. Je pense qu'avec des gens qui en veulent, il y a clairement moyen de supprimer toutes ces machines et de travailler avec un maximum d'humains".


Le patron : "On a parfois envie de rentrer à la maison, se poser après une longue journée et manger tranquillement" 

Fraîchement sorti de l'école hôtelière, c'est dans la cuisine de sa mère que Marvin, le directeur, concocte ses premiers plats. A 21 ans, il s'entoure d'associés et lance sa propre entreprise. Sa recette: livrer des repas sains composés d'ingrédients locaux. "Le fait de bien manger sans passer beaucoup de temps en cuisine, c'est une demande du marché. C'est un besoin que tout le monde a. Je peux concevoir que cuisiner est agréable, mais on a parfois envie de rentrer à la maison, se poser après une longue journée et manger tranquillement", estime le jeune patron.


Marvin est proche de ses clients: "Le patron qui livre? C'est normal"

Dix plats différents sont proposés chaque semaine. La plupart du temps, ce sont des étudiants qui les livrent, mais Marvin se prête aussi à l'exercice. "Le patron qui livre, c'est normal, affirme-t-il. Tous les jobs sont hyper importants: la personne qui développe le site, le comptable, la personne qui met en barquette,… Livrer me permet d'être directement en contact avec mes clients".

"C'est pratique, c'est bon, il y a beaucoup de choix et il y a un vrai gain de temps", témoigne Cécile, une cliente visiblement conquise. Fresheo propose des plats qui coûtent entre 7 et 10 euros. "C'est relativement raisonnable", estime son patron. Lancée en 2018, l'entreprise a livré 140.000 repas l'an dernier. Désormais, elle emploie six équivalents temps plein et une dizaine d'étudiants. Un déménagement dans des locaux plus adaptés devrait lui permettre de se développer encore davantage.


 

Vos commentaires