En ce moment
 

"Quand il pleut, ça fait mal": l’incroyable allergie de cette adolescente américaine

"Quand il pleut, ça fait mal": l’incroyable allergie de cette adolescente américaine
capture Facebook Abigail Beck
 
 

C’est une allergie qui fait vivre un calvaire à Abigail Beck, une adolescente américaine de 15 ans. La jeune fille souffre d’une urticaire aquagénique, ce qui signifie qu’elle fait de violentes réactions… à l’eau!
Impossible pour elle de boire de l’eau sans vomir – ce qui la fait opter pour des boissons énergisantes et autres jus -, elle est obligée de s’hydrater grâce à des pilules spéciales et ses douches ressemblent à une pluie d’acide qui s’abattrait sur son corps.

C’est le Daily Mail qui révèle l’histoire d’Abigail Beck et qui précise qu’une personne sur 200 millions est atteinte de la même maladie. Au quotidien, tout a dû être réadapté pour cette habitante de l'Arizona. "Il a fallu beaucoup de temps pour être diagnostiquée. ça a lentement progressé et a commencé à s’aggraver avec le temps. Quand il pleuvait, ça faisait très mal, c’était comme de l’acide. Je pensais que c’était normal, alors j’ai demandé à ma mère si la pluie lui semblait acide quand il pleuvait et elle a dit" non raconte l’adolescente au Daily Mail. Elle consulte désormais un allergologue qui la guide dans son parcours de santé: "J’ai des symptômes qui pourraient faire que mon cœur s’arrête", confie-t-elle également.

Si le diagnostic d’Abigail Beck est désormais posé, sa différence reste difficile à assumer: Mes propres larmes provoquent une réaction où mon visage devient rouge et brûle très fort. Je pleure comme une personne normale et ça fait mal. Les larmes sont l’un des pires aspects de cette maladie car lorsque vous pleurez, vos larmes ne doivent pas vous brûler la peau. Cela dirige ma vie mais je ne le veux pas. Je vomis si je bois de l’eau, ma poitrine me fait très mal et mon cœur commence à battre très vite. (…) Je n’ai aucune idée de ce qui pourrait arriver, ce qui me fait peur." Il n'existe pas de traitement définitif. 


 

Vos commentaires