Accueil Sport

Tour d'Espagne: Bennett rafle la deuxième étape au sprint, Teunissen passe en rouge

Le sprinteur irlandais de Bora-Hansgrohe Sam Bennett a remporté samedi au sprint massif la deuxième étape du Tour d'Espagne à Utrecht, tandis que le maillot rouge revient au Néerlandais de la Jumbo-Visma Mike Teunissen, 4e de l'étape sur ses terres.

Bennett a coupé la ligne devant le Danois de la Trek-Segafredo Mads Pedersen, deuxième, et devant le Belge d'Alpecin Tim Merlier, troisième de l'étape.

Il s'agit de la première victoire d'envergure cette saison pour Bennett, après son succès sur Eschborn - Francfort en mai. C'est aussi la quatrième victoire d'étape du sprinteur irlandais sur la boucle espagnole, mais la première depuis deux ans.

"Je savais que je pouvais le refaire, c'était une question de jambes", a savouré l'Irlandais sur la ligne d'arrivée.

Et c'est Teunissen qui revêtira le maillot rouge de leader au général dans son pays dimanche pour la troisième et dernière étape aux Pays-Bas, autour de Breda.

"Ce matin, les gars m'ont dit que si Primoz (Roglic) arrivait tranquille dans les derniers kilomètres, que je n'aurais pas de soucis à me faire, que je pourrais sprinter. Je voudrais les remercier pour cela", a réagi le sprinteur qui rejoindra la formation Intermarché-Wanty-Gobert à partir de la saison prochaine.

- "C'est spécial" -

"Le maillot jaune, c'est quelque chose de particulier, mais le maillot rouge, dans ces conditions, dans mon propre pays, avec tous les gens qui m'encouragent sur les côtés, c'est vraiment quelque chose de spécial", a salué l'ancien porteur du maillot jaune sur le Tour de France 2019 sur la ligne.

Avant l'emballage final, la journée a été plutôt calme. Cinq coureurs, dont le Français Thibault Guernalec, ont tenté de s'échapper à 150 kilomètres de l'arrivée, et ont compté jusqu'à cinq minutes d'avance sur le peloton.

Ils ont failli être repris à une centaine de kilomètres de la ligne, mais ont continué de collaborer pour garder leur infime avance, avant de se faire finalement avaler à une cinquantaine de kilomètres de l'arrivée.

Dans le final, le vétéran basque Luis Angel Maté (38 ans) a tenté sa chance en solitaire, mais n'a pas tenu longtemps devant les trains des équipes qui tentaient de placer leurs sprinteurs. Une chute a émaillé les derniers hectomètres, sans faire de gros dégâts.

Robert Gesink, en rouge samedi après la victoire de la Jumbo-Visma la veille, a terminé l'étape à la 129e place, et glisse à la 6e place au classement général.

Dimanche, les coureurs aborderont la troisième et dernière étape aux Pays-Bas, avant de rallier le Pays basque lors de la journée de repos de lundi. Cette longue troisième étape (193,5 km), qui part et arrive à Breda, s'offrira encore aux sprinteurs, avec un profil très plat.

À la une

Sélectionné pour vous