Accueil Actu Monde International

Le sommet G77+Chine appelle à l'unité pour peser face aux pays riches

Le sommet du G77+Chine s'est achevé samedi à La Havane sur un appel à l'"unité" pour peser face aux pays riches, le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva incitant à renforcer les "revendications" concernant le numérique et la transition énergétique.

"La gouvernance mondiale reste asymétrique. Les Nations unies, le système de Bretton Woods et l'OMC perdent de leur crédibilité. Nous ne pouvons pas nous diviser", a déclaré le président brésilien.

"Nous devons renforcer nos revendications à la lumière de la quatrième révolution industrielle", a ajouté le dirigeant de la première économie latino-américaine, en référence à l'essor du numérique, de l'intelligence artificielle, des biotechnologies.

Pour Lula da Silva, la "révolution numérique" et "la transition énergétique" sont "deux transformations majeures en cours". "Elles ne peuvent être façonnées par une poignée d'économies riches, rééditant la relation de dépendance entre le centre et la périphérie".

Le sommet du G77+Chine, formé par des pays d'Asie, d'Afrique et d'Amérique latine qui représentent 80% de la population mondiale, avait débuté vendredi à La Havane. Le Groupe, créé en 1964 par 77 pays, compte désormais 134 nations. La Chine a participé comme acteur externe.

Des représentants d'une centaine de pays étaient présents à La Havane pour ce sommet extraordinaire ayant pour thème le "rôle de la science, de la technologie et de l'innovation" dans le développement.

Une trentaine de chefs d'État et de gouvernement ont fait le déplacement, parmi lesquels le président argentin Alberto Fernandez, le Colombien Gustavo Petro, l'Angolais João Lourenço, le Rwandais Paul Kagame, ou encore l'émir du Qatar, le Cheikh Tamim bin Hamad Al Thani et le président palestinien Mahmoud Abbas.

Le secrétaire de l'ONU, Antonio Guterres, était présent.

À la une

Sélectionné pour vous