Accueil Info

Le pétrole frôle les 95 dollars, dopé par les craintes d'une pénurie

Les prix du pétrole accéléraient leur hausse lundi, frôlant la barre de 95 dollars, toujours poussés par les craintes d'un déficit important sur le marché avec les réductions volontaires de l'Arabie saoudite et de la Russie et la résilience de la demande.

Les analystes évoquent à présent la possibilité d'un baril à 100 dollars.

Vers 15h00 GMT (17h00 à Bruxelles), le baril de Brent de la mer du Nord, pour livraison en novembre, prenait 0,83% à 94,71 dollars, après avoir culminé jusqu'à 94,95 dollars.

Son équivalent américain, le baril de West Texas Intermediate (WTI), pour livraison en octobre, gagnait 1,33% à 91,98 dollars, peu après avoir touché 92,17.

Les deux références du brut ont ainsi encore touché lundi de nouveaux plus hauts depuis 10 mois.

"Une hausse de 15% en l'espace d'environ trois semaines pour atteindre des niveaux jamais vus depuis novembre dernier et pas très loin des trois chiffres, c'est un mouvement impressionnant", commente Craig Erlam, analyste chez Oanda, prévenant aussi qu'il "pourrait y en avoir d'autres" compte tenu des tensions sur le marché.

Le marché du pétrole "reçoit actuellement de nombreux signaux haussiers", avec "une demande croissante aux Etats-Unis et en Chine, tandis que l'offre est confrontée à des limitations (...) intentionnelles", expliquent les analystes d'Energi Danmark.

L'Arabie saoudite et la Russie ont décidé de prolonger leurs coupes volontaires de production et des exportations concernant environ 1,3 million de barils par jour jusqu'à la fin de l'année.

À lire aussi

Sélectionné pour vous