En ce moment
 

Des manifestants à Liège après le décès de Mawda: "On ne peut pas cautionner que des gens qui fuient la guerre soient pourchassés"

Le comité Migrations Libres a organisé lundi soir à Liège un rassemblement en mémoire de Mawda, la petite fille d'origine kurde décédée par balle durant la nuit du 16 au 17 mai dernier durant une course-poursuite. L'objectif de cette manifestation était de dénoncer le comportement jugé "inhumain" du gouvernement belge et de ses ministres.

Ces gens n'ont commis aucun délit, aucun crime

Choqué par le décès de la petite Mawda, le comité Migrations Libres (action collective, humanitaire, politique et de solidarité avec les réfugiés) a décidé de réagir en organisant un rassemblement en mémoire de cette fillette de deux ans qui a perdu la vie lors d'une intervention sur une autoroute belge. "Il s'agit du meurtre d'une innocente. Comment pouvons-nous prendre en charge des migrants en tirant à vue sur leur véhicule dans lequel ils se trouvent tout en ayant conscience de ce qu'ils ont dû affronter dans leur pays d'origine?", a souligné Thierry Müller, un des membres du collectif à l'origine du rassemblement.

"On ne peut pas cautionner qu'une voiture avec 20 personnes qui fuient la guerre, parce qu'on sait très bien d'où ces gens viennent, ils viennent du Kurdistan, soit pourchassée par la police et qu'on leur tire dessus. Ces gens n'ont commis aucun délit, aucun crime. Ce ne sont pas des trafiquants de drogue... C'est juste inadmissible", a précisé Thierry Müller. "Nous avons également été heurtés par les récentes déclarations des politiques qui, pour nous, sont plus que responsables de ces événements tragiques", a-t-il ajouté.


Manifestation devant le siège liégeois du MR

Afin de responsabiliser le gouvernement, Migrations Libres a organisé le rassemblement devant le numéro 9 de la rue Vinâve d'Ile, soit devant le siège du Mouvement Réformateur de Liège. Une façon de mettre le parti politique, "responsable de la mort de Mawda", selon les membres du collectif, face à ses responsabilités.

Avec cette manifestation, les membres de l'association exigent avant tout que la responsabilité des politiques soit reconnue. Mais aussi la démission immédiate des ministres Jambon et Francken, la fin des rafles des migrants, l'organisation de couloirs migratoires sécurisés et un accueil digne pour ces personnes sur notre territoire, la fermeture des centres fermés, la régularisation des sans-papiers et une véritable enquête sur le décès de la fillette kurde de deux ans.

Vos commentaires