En ce moment
 

Des malfrats sont la cible d'enlèvements: des images amateur prouvent la détermination de la bande organisée

Des malfrats sont la cible d'enlèvements: des images amateur prouvent la détermination de la bande organisée

La semaine dernière, un homme a été enlevé à son domicile de Zellik. 10 heures plus tard il a, heureusement, été retrouvé en vie. Mais l'homme a été battu. Et c'est loin d'être un fait isolé.

C'est une info RTL. Zellik, 3 heures du matin dans la nuit de lundi à mardi de la semaine passée, 4 ou 5 personnes s’introduisent dans la chambre d'un couple.

L’homme (M.A.) reçoit très vite un coup de crosse. Munis de brassards, de gilets pare balle et d’armes lourdes, les auteurs se font passer pour des policiers. Le couple est attaché et séparé. M.A est ensuite jeté dans une camionnette blanche avec les vitres arrière peintes en couleur claire.

Les malfrats veulent son argent ou savoir qui peut payer pour lui. Visiblement, cette bande a déjà agi au moins à 6 reprises et selon une source, certaines des victimes ont elles-mêmes des connexions avec le milieu criminel.

"On s'en prend à quelqu'un dont on connait les activités illégales, pour peut-être s'assurer, derrière, une certaine forme d'impunité et espérer qu'on ne dépose pas plainte. Surtout, les enjeux judiciaires et financiers sont tellement importants qu'il y a souvent de la violence extrême", nous a expliqué Fabian Lauvaux, avocat pénaliste.

Ces images prises par un riverain montrent la violence de la bande. Entre deux voitures, un homme est battu à l’aide d’un objet. Ce fait se déroule à Molenbeek.

M.A lui est finalement relâché à Anderlecht après 10 heures de détention. Il est en vie mais sérieusement blessé. C’est un riverain qui lui a porté secours. Une enquête est en cours et des témoins sont recherchés.

Un témoin crucial est recherché: il a vu les auteurs sans cagoule alors qu’ils avaient garé leur camionnette sur une propriété privée. Il leur a demandé de quitter les lieux. A l’heure actuelle, cette personne ne s’est pas encore manifestée.

Vos commentaires