En ce moment
 

Voici les grandes leçons à retenir des élections en Wallonie

  • Résultat des élections provinciales pour chaque parti

  • Pascal Delwit analyse les résultats du PS: "Pas une nouvelle si enthousiasmante pour les socialistes"

  • Quelles%20sont%20les%20grandes%20tendances%20de%20ces%20%C3%A9lections%20communales%3F

  • Premi%C3%A8res%20estimations%3A%20l''analyse%20de%20nos%20experts

 
COMMUNALES 2018

Quelques grandes leçons sont à retenir pour les élections communales et provinciales en Wallonie: le PS recule globalement mais ne chute pas, Ecolo devrait se hisser au pouvoir dans plusieurs communes grâce à ses bons résultats, et le PTB perce surtout dans les grandes villes.

Quelques grandes tendances se dessinent ce lundi matin au terme des élections communales et provinciales. D'abord, le Parti socialiste reste globalement le premier parti wallon. Le PS enregistre un recul dans plusieurs grandes villes mais ne s'écroule pas. Ecolo semble être le grand vainqueur, avec une hausse générale des voix récoltées. Les Verts devraient monter dans plusieurs nouvelles coalitions communales. Le PTB obtient de belles percées dans les grandes villes, mais ne s'ancre pas profondément dans les zones plus rurales. C'est l'inverse pour le cdH, qui chute dans plusieurs grandes villes, mais qui se maintient bien en campagne. Quant au MR, il se trouve bousculé, sans pour autant chuter drastiquement en Wallonie.

En analysant les résultats de chaque parti aux élections provinciales (voir la vidéo ci-dessous), ces tendances semblent se confirmer. Le PS recule mais reste le premier parti wallon avec 25,3%. Le MR enregistre aussi un léger recul, avec 23,8%. Ecolo obtient une forte progression à 16,3%. Le cdH se tasse à 13% et le PTB enregistre une belle percée à 9,8%.




Leçon 1: le PS recule mais ne s'écroule pas malgré le scandale Publifin

Le premier enseignement concerne le Parti socialiste. "Dans les grandes villes wallonnes et les villes intermédiaires, le Parti socialiste conserve la main. A Mons, à Charleroi, à Binche, à Soignies, à Liège, à Seraing, à Herstal, à Flémalle. Mais, il faut aussi observer que de manière générale il y a quand même un recul des scores socialistes au niveau communal, et puis si on observe le scrutin provincial, on ne peut pas faire abstraction du fait que le Parti socialiste enregistre un très sévère recul, puisqu'il se situe à 25% des voix. Ce serait le plus mauvais résultat qu'ai jamais obtenu le Parti socialiste en région wallonne. Le Parti socialiste n'est pas d'aussi loin que l'affirme Elio Di Rupo le premier parti francophone", a analysé le politologue Pascal Delwit dans notre édition spéciale élections 2018.

Le PS reste donc premier parti francophone et wallon, mais de peu par rapport au MR, qui enregistre quant à lui un recul.



Leçon 2: Ecolo progresse fortement

Alors que le PS et le MR reculent lors de ces élections communales et provinciales, le parti Ecolo grimpe dans les suffrages de façon générale. Les verts devraient se maintenir dans les coalitions où ils étaient déjà présents, et pourraient monter dans plusieurs nouvelles majorités à travers la Wallonie et Bruxelles. 

Au-delà du travail de terrain à l'échelon local, Ecolo profite de sa présence dans l'opposition à tous les niveaux de pouvoir dans un contexte de renouvellement important de l'électorat et de l'attention grandissante aux thématiques environnementales liées au réchauffement climatique. Les Verts ont également précédé d'autres formations politiques en matière de gouvernance et les partis traditionnels ont probablement été sanctionnés par l'électeur après les affaires Publifin, Samusocial et Kazakhgate.


Leçon 3: le PTB perce dans les ex-communes industrielles

Le PTB se profile comme le deuxième vainqueur des élections dans les communes où il se présentait et à l'échelon provincial. Ainsi, le parti d'extrême gauche monte sur le podium dans les grandes villes wallonnes:
- Charleroi: PTB 2e parti avec 15% (+12%) 9 sièges (+8).
- La Louvière: PTB 2e parti avec 15% (+10%) et 7 sièges (+6).
- Seraing: PTB 2e parti avec 24% (+10%) et 11 sièges (+6).
- Herstal: PTB 2e parti avec 24% (+10%) et 9 sièges (+5).
- Liège (à 95% de dépouillement): PTB 3e parti avec 16% (+9%) et 8 sièges (+6).

Pour le PTB, "les résultats ne sont pas mauvais, mais ça ne semble pas être la grande percée attendue", a commenté ce dimanche soir Alain Raviart, spécialiste en communication et politique. "Là où le PTB se présente, il obtient de très bons résultats, voire de bons résultats", a tempéré Pascal Delwit.


Leçon 4: dans les provinces, MR et PS accusent une baisse mais restent en force

Les partis traditionnels ont souffert dimanche lors des élections provinciales en Wallonie. MR, PS et surtout cdH perdent des plumes. Le MR et le PS arrivent toutefois toujours en tête dans la majorité des provinces. Le PTB progresse lui fortement, sauf dans le Brabant wallon.

A la province du Brabant wallon, le MR arrive en tête avec 38,27% des voix, accusant une perte de 4 points par rapport à 2012. Ecolo se place en deuxième position, avec 23,59% des votes (+7 points). Le PS ne se classe que troisième, avec 14,24% des voix contre 17,33% en 2012 et le cdH est en quatrième position (8,88%).Dans le Hainaut, le PS est largement en tête des élections provinciales avec 32,85% des voix (39,68% en 2012). Le MR le suit de loin avec 18,67% (-4 points). Arrivent ensuite Ecolo (13,67%) et le PTB (11,91%, +9 points).Pour le conseil provincial du Luxembourg, le cdH se classe en tête avec 31,66% des votes (-3 points). Le MR arrive deuxième (26,25%), suivi par le PS (17,62%, -5 points) et Ecolo (14,56%).A la province de Namur, le MR est premier, avec 25,37% des voix (-4 points), suivi de près par le PS (20,79%, -7 points). Ecolo arrive troisième (17,19%, +3 points) et cdH quatrième (16,53%, -3 points). Le PTB obtient 8,89% (+6 points).Pour la province de Liège, le PS se classe premier avec 24,63% (-7 points) et le MR deuxième (20,77%, -4 points). Ecolo obtient 16,29% des voix et le PTB 13,40% (+8 points). Le cdH perd 4 points avec 8,93% des voix.


Leçon 5: le cdH recule dans les grandes villes mais reste fort dans les zones rurales

L'autre leçon de ces élections concerne le cdH. Oui, le parti parvient à garder quelques mayorats symboliques, tels que Namur avec Maxime Prévot, Dour avec Carlo Di Antonio, ou encore Bastogne avec Benoît Lutgen, mais le parti recule fortement dans les autres grandes villes:
- Charleroi: 7,6% (-3%) avec 4 sièges (-2).
- Liège (à 95% de dépouillement): 6,7% (-7,3%) avec 3 sièges (-4).
- Mons: 6,31% (-2,5%) avec 2 sièges (-1).
- La Louvière: 8,9% (-3,2%) avec 4 sièges (-1).
- Huy: 8,2% (-5,7%) avec 2 sièges (-2).

Globablement, le cdH s'estompe dans les zones urbaines, mais reste très implanté dans les campagnes, principalement sur l'axe Brabant wallon - Namur - Luxembourg.

Vos commentaires