En ce moment
 
 

Le ministre Philippe Goffin s'explique sur l'énorme couac à la frontière française: "Une communication pas suffisamment claire"

 
 

Le ministre belge de l'Intérieur, Pieter De Crem, et le ministre des Affaires étrangères, Philippe Goffin, ont annoncé qu'il était autorisé aux Belges d'aller dans les pays voisins pour visiter leur famille dès ce samedi. Résultat: de nombreux Belges ont pris la direction de la France pour voir leurs proches. Mais une fois face aux contrôles des forces de l'ordre françaises, ils ont été refoulés.

Le ministre Philippe Goffin a répondu aux questions de notre journaliste en direct dans le RTL INFO 19H.

Salima Belabbas: Pourquoi avoir pris la décision? Est-ce que vos homologues français ont bien été consultés avant de prendre cette décision?

Philippe Goffin: En tout cas dans les cercles des Affaires étrangères, la volonté a été exprimée de façon assez claire pour faire en sorte que le plus rapidement on puisse avoir des déplacements transfrontaliers. Je rappelle qu'ici il ne s'agit pas d'aller dans sa seconde résidence ou de faire du tourisme. Il s'agit de permettre à des familles qui étaient terriblement demandeuses de pouvoir aller voir des proches. Pour le moment en France ce n'est pas possible. Mais ce que nous avons voulu, c'est ouvrir le plus largement possible la possibilité de le faire en respectant la souveraineté des Etats. On peut regretter que des Belges aient pu avoir l'espoir d'aller en France. Je crois que c'est l'objectif ce soir de pouvoir le dire: au niveau des Pays-Bas, de l'Allemagne et du Grand-Duché, il n'y a pas de difficulté tant pour des achats de proximité ou pour rendre visite aux familles dans le cadre des règles déjà applicables chez nous. Malheureusement pour la France c'est plus réduit. Ce sera uniquement pour aller voir des proches dans les maisons de repos, ou dans le cadre des gardes alternées pour des familles qui sont de chaque côté de la frontière.

Salima Belabbas: Que dire aux Belges qui se sont rendus en France suite à vos annonces et qui se sont fait refouler?

Philippe Goffin: Je comprends très bien qu'il y ait une immense frustration. Il s'agit d'affectif et de l'espoir de revoir ses proches. Quand une communication n'a peut-être pas été suffisamment claire, il faut pouvoir le reconnaître. Je rappelle aussi, c'est un élément important, c'est qu'il appartient à chaque fois de s'informer de la situation à l'extérieur. Les Français ont décidé pour l'instant de ne pas assouplir leurs règles. C'est tout à fait leur droit et il ne m'appartient pas de poser un jugement.




 

Vos commentaires