En ce moment
 
 

Notre pouvoir d'achat a-t-il diminué, comme le dénoncent les gilets jaunes ? Une nouvelle étude risque de vous surprendre

On a beaucoup parlé du pouvoir d'achat des citoyens ces dernières semaines. "A la hausse", dit le gouvernement. "Faux, vu l'augmentation de nombreux biens de consommation comme le carburant et l'électricité", disent ses détracteurs. Une nouvelle étude fait la part des choses et démontre que, tous critères confondus, le pouvoir d'achat des Belges a bel et bien augmenté.

Les plaintes des gilets jaunes sont-elles légitimes ? La question est intéressante surtout si on l’examine sur le long terme. Et la réponse est "non".

Depuis 1998, la progression de l’indice global des prix est restée inférieure à celle du revenu disponible et le pouvoir d’achat a augmenté de 6%.


Selon l’auteur de l’étude, ces évolutions sont toutefois très contrastées en fonction de la catégorie de biens envisagés."Ce sont en général les prix qui augmentent le plus que l’on consomme le plus souvent. Très concrètement c’est le prix de l’électricité qui a été multiplié par deux, le prix de l’eau qui a aussi été multiplié par deux, le prix du mazout de chauffage qui a été multiplié par trois. De l’autre côté, il y a des prix qui n’ont quasiment pas bougé, voire qui ont diminué", indique Philippe Defeyt, directeur de l’Institut pour un développement durable. 

Lorsque l’on regarde les valeurs de l’eau et de l’électricité, sur 20 ans, elles ont flambé. Une hausse de 120% pour l’eau et de 97% pour l’électricité. Alors que les coûts des habits stagnent: une augmentation de 11%. Même tendance pour l’électroménager et l’informatique. Du matériel que nous n’achetons pas tous les jours.


"Tout le monde a gagné, tout le monde a raison"


Or ce qui va marquer le consommateur, ce sont les hausses qui concernent son quotidien."Tout le monde a gagné, tout le monde a raison. Les économistes ont raison en ayant un discours qui n’est pas facile à entendre, mais qui est incontestable et le ressenti de la population qui dit ‘nous on n’en voit pas la couleur de cette augmentation du pouvoir d’achat’. Et bien ils ont raison également", souligne Pierre-Frédéric Nyst, président de l’Union des Classes Moyennes.

En 20 ans, les habitudes de consommation ont aussi beaucoup évolué. "Il y a une quinzaine d’années, il n’y avait pas de GPS, ni de tablette, ni de GSM, ni de connexion internet. Tout ça ce sont des couches de consommation qui se sont ajoutées", explique Philippe Defeyt.

L’étude souligne tout de même que l’évolution des prix pèse plus lourd sur les petits revenus et plaide pour un système plus juste.

Vos commentaires