En ce moment
 
 

Agriculture, élevage: les chiffres d'une "surmortalité par suicide"

Agriculture, élevage: les chiffres d'une
Le suicide chez les agriculteursValentine GRAVELEAU

Les exploitants et salariés agricoles ont "un risque plus élevé" de 12% de se suicider que l'ensemble de la population, selon une étude publiée en juillet par la sécurité sociale de l'agriculture portant sur des données de 2015.

Tabou, le suicide dans le monde agricole reste peu étudié en France. L'agence Santé publique France avait certes pointé récemment "un excès de risque" chez les hommes, mais à partir de données restreintes aux chefs d'exploitation et remontant à 2011.

La Mutualité sociale agricole (MSA), qui soutient la sortie du film "Au nom de la Terre" avec Guillaume Canet portant sur le sujet, a visé plus large: parmi tous ses assurés d'au moins 15 ans "ayant consommé au moins un soin ou une prestation" en 2015, soit 1,36 million de personnes, elle a dénombré "605 décès par suicide" sur l'année.

Sur ce total, 372 agriculteurs passés à l'acte sont chefs d'exploitation (292 hommes et 80 femmes), soit un suicide par jour environ. 233 sont salariés (204 hommes et 29 femmes).

Un nombre nettement plus élevé que celui rapporté par l'agence sanitaire, qui recensait environ 150 cas de suicides de chefs d'exploitation par an entre 2007 et 2011.

Rapporté au nombre d'assurés, "le taux brut de décès par suicide (...) est près de 4 fois plus important chez les hommes", souligne la MSA. Indépendamment du sexe, ce taux augmente avec l'âge et culmine au-delà de 65 ans.

En limitant le champ aux 15-64 ans, la MSA montre la "surmortalité par suicide" des assurés du régime agricole par rapport aux autres catégories de population.

Comparés aux 40 millions de personnes prises en charge par la Sécu en 2015 (pour 4.991 suicides comptabilisés cette même année), les affiliés au régime agricole présentent "un risque de 12,6% plus élevé", cette propension étant encore "plus accentuée chez les salariés agricoles" (18,4%).

Parmi les plus précaires, la Sécu des agriculteurs constate "un sur-risque" de 15% chez ceux qui touchent une pension d'invalidité, et de 57% chez les bénéficiaires de la CMU-complémentaire.

"C'est un sujet tabou dont personne ne veut parler" déclare à l'AFP Patrick Bougeard, président de l'association Solidarité Paysans, qui vient en aide aux agriculteurs en difficulté.

"Le syndicat majoritaire, la FNSEA, et la MSA ont mis en place des numéros d'appel d'urgence, mais cela ne règle pas les problèmes. Ils donnent accès à des psychologues, alors qu'on est face d'une mutation massive de tout un système de production", ajoute-t-il.

Vos commentaires