En ce moment
 
 

Près de 11.000 signatures "contre la destruction de la Sablière d'Arlon"

Près de 11.000 signatures

(Belga) La semaine dernière, la justice de paix d'Arlon a autorisé Idélux à entamer la procédure d'expulsion des "zadistes" de la sablière de Schoppach. Ce sujet figure à l'ordre du jour de la réunion du conseil d'administration de ce vendredi, a confirmé mercredi à Belga la porte-parole du groupe intercommunal. Les occupants du site restent néanmoins mobilisés et font valoir une pétition contre l'implantation d'un zoning dans la sablière, qui a récolté plus de 10.700 signatures.

Depuis le 26 octobre, une cinquantaine de jeunes activistes se sont installés dans l'ancienne sablière de Schoppach, rebaptisée "Zablière" et "zone à défendre" (ZAD), pour s'opposer au projet d'implanter un zoning sur ce site racheté par Idélux. Situé en périphérie de la ville d'Arlon, ce dernier est "menacé de bétonisation" alors qu'il est "répertorié comme 'zone de grand intérêt biologique' par la Région wallonne en raison des nombreuses espèces qui y ont trouvé refuge, dont l'hirondelle des rivages, le triton crêté, deux espèces de papillons menacées et plusieurs plantes protégées. Il constitue également une zone tampon entre l'autoroute et le quartier d'habitation de Schoppach", argumentent les zadistes. A la suite de la requête unilatérale conjointe d'Idelux Développement et de la ville d'Arlon, la justice de paix a cependant rendu jeudi passé une ordonnance d'expulsion pour "occupation sans aucun titre ni droit". Mais on ignore dans quel délai la procédure sera lancée. "Immédiatement (après exploit d'huissier et délai de huit jours laissé pour quitter les lieux), ou au terme d'un délai plus long, après dialogue"?, se demandent les zadistes sur leur page Facebook. En attendant, ceux-ci demandent "un peu d'humanité" aux administrateurs d'Idélux, qui doivent se réunir vendredi. Ils rappellent aussi l'existence d'une pétition lancée il y a plus d'un an "contre la destruction de la sablière d'Arlon, sa faune et sa flore". Mercredi, celle-ci avait atteint plus de 10.700 signatures. (Belga)

Vos commentaires