En ce moment
 
 

Meurtre de la petite Maëlys: "J’ai paniqué comme si j’étais envoûté d’un démon", a assuré Nordahl Lelandais aux enquêteurs

© DR
Nordahl Lelandais

Face à la psychologue, l'ex-militaire décrit un comportement inhabituel.

BFM TV s'est procuré le document rédigé par la psychologue à l'issue des 5 entretiens avec Nordahl Lelandais. Un document de 73 pages qui dresse un portrait glaçant de l'ex-militaire. Cette analyse psychologique s'est déroulée entre les mois de janvier et juin 2018. 

Dans la nuit du 26 au 27 août 2017, Nordahl Lelandais avait fait monter la petite Maëlys à l'avant de sa voiture. Selon les éléments de l'enquête, il aurait attiré la fillette en lui montrant des photos de ses chiens. Après avoir nié pendant plusieurs mois toute implication dans la disparition de la fillette, l'ex-militaire avait fini par avouer avoir tué Maëlys, alors âgée de 9 ans. Il parle d'un accident. Une gifle infligée à la petite fille aurait suffit à la tuer.

Elle me voulait du mal

Face à la psychologue, Nordahl décrit un comportement inhabituel. "C’était pas moi le conducteur! J’étais zombie! Comme si c’était une entité qui s’emparait de moi. Comme dans un jeu vidéo", a-t-il lâché. Avant d'ajouter: "C’est un monstre qui l’a tuée! C’est pas une personne. J’ai paniqué comme si j’étais envoûté d’un démon, d’un diable. J’ai eu l’impression que Maëlys voulait m’agresser, qu’elle me voulait du mal".

Nordahl Lelandais a reconnu avoir eu recours à des stupéfiants durant la soirée. Pour justifier son absence durant une partie de la soirée, il avait d'ailleurs affirmé aux enquêteurs qu'il avait dû se réapprovisionner auprès de son dealer. 

Pourtant, selon l'experte, toutes ces affirmations de Nordahl Lelandais ne sont pas crédibles. Dans son analyse consultée par nos confrères de BFM TV, la spécialiste parle d'un homme empreint d'"une insensibilité morale et une imperméabilité au sentiment de culpabilité car la notion même de faute lui paraît incompréhensible". Elle évoque également une "mythomanie constante". Manipulateur et calculateur, il aurait aussi tenté de "maintenir une emprise et un contrôle sur chacune de ses victimes". La psychologue aborde le fait que Nordahl Lelandais appréhende ses interlocuteurs et victimes comme des "proies".

Nordahl Lelandais est mis en examen pour le meurtre de Maëlys De Araujo en août 2017, ainsi que pour l'assassinat du caporal Arthur Noyer en avril de la même année, et des agressions sexuelles sur des petites cousines.

 

Vos commentaires