En ce moment
 

Un hélicoptère se pose dans un jardin à Frameries, un riverain appelle la police: le pilote s'explique auprès de RTL INFO

Un hélicoptère se pose dans un jardin à Frameries, un riverain appelle la police: le pilote s'explique auprès de RTL INFO
©Belga

Ce samedi, nous avons reçu un communiqué de presse de la police boraine. Celui-ci était intitulé comme ceci: "Un hélicoptère immatriculé en Italie se pose dans un jardin de Frameries".

Mais que s'est-il passé? Nous nous sommes rendus sur place.

Le communiqué de la police

Voici la communication complète de la zone de Police Boraine:

Lorsque nous avons reçu un appel d'un habitant de la rue Haute nous signalant qu'une de ses voisines accueillait régulièrement un hélicoptère dans son jardin nous avons cru à une farce mais il n'en était rien! Car l'enquête de voisinage a vite confirmé les dires du requérant. Il semble que la voisine en question ait conquis le cœur d'un italien pilote d'hélicoptère et que ce dernier vienne régulièrement se poser dans son jardin pour lui chanter la sérénade...

Même si l'histoire fait sourire il n'en demeure que le pilote est en infraction et qu'un hélico ne peut atterrir où bon lui semble. S'il y a un code de la route il y a également un code et des règles en matière d'aviation civile!

Le pilote a été identifié et l'enquête est en cours afin d'en savoir plus sur le plan de vol de notre Don Juan qui devra bien sûr s'expliquer... 


Le pilote s'explique

Le ton du communiqué est plutôt léger, mais nous avons décidé d'envoyer une équipe sur place pour comprendre la situation. Nos journalistes ont interrogé plusieurs voisins. A notre grande surprise, aucun ne dit avoir été dérangé par l'hélicoptère. Malgré nos efforts pour trouver les habitants à l'origine de l'appel à la police, nous n'avons pas pu les rencontrer.

Après quelques recherches, nous avons rencontré le pilote en question. Il s'avère qu'il est tout simplement le compagnon de la propriétaire des lieux et qu'il habite chez elle. D'après les souvenirs du pilote, il se serait posé dans le jardin une seule fois, à la fin février. L'homme reconnaît avoir commis une erreur. Son appareil est un petit hélicoptère deux places. Il s'attend à faire l'objet d'une enquête. Malgré nos demandes, il n'a pas souhaité s'exprimer face caméra.

Vos commentaires