En ce moment
 
 

Une grève sauvage perturbe la circulation des TEC Liège-Verviers: "Il n'y a aucune prévention contre le virus pour les chauffeurs et les usagers"

Une grève sauvage perturbe la circulation des TEC Liège-Verviers:
© Belga
CORONAVIRUS

Une grève sauvage à l'initiative de la CGSLB perturbe la circulation des bus TEC vendredi matin, a indiqué à Belga Carine Zanella, porte-parole du TEC Liège-Verviers. Le syndicat déplore le manque de mesures contre le coronavirus Covid-19. La CGSLB a décidé de déclencher une grève sauvage pour dénoncer les mesures insuffisantes prises dans les transports en commun pour lutter contre la propagation du coronavirus Covid-19. Par conséquent, aucun bus ne quitte les dépôts liégeois vendredi matin.

> LIRE: plus de vente de tickets dans les bus TEC

"Il n'y a aucune prévention pour les chauffeurs et les usagers"

Les chauffeurs TEC réclament des mesures de protection. La direction doit les annoncer dans les prochaines heures, mais ça arrive trop tard selon Thierry Hony, délégué permanent CGSLB"On interdit tout rassemblement dans les cafés, dans les restaurants, dans les discothèques, mais par contre les usagers peuvent aisément rentrer dans un bus bondé et là, il n'y a aucune prévention pour les chauffeurs et les usagers", explique Thierry Hony, délégué permanent CGSLB, interrogé par David Scoubeau"Nous reprendrons le travail dès que les mesures seront d'application", ajoute le chauffeur sur les ondes de Bel RTL.

"Les chauffeurs seraient plus en sécurité dans leur cabine"

"Les chauffeurs estiment qu'il y a un manque de mesures contre le virus, alors qu'un ensemble de dispositions vont être présentées ce matin en sous-commission paritaire et seront mises en place, en lien avec la décision gouvernementale tombée tardivement dans la soirée jeudi", explique Mme Zanella. En effet, une réunion de sous-commission paritaire était déjà prévue mardi matin ayant à l'agenda le Covid-19. Des mesures, qui ont déjà fait l'objet d'une analyse, vont y être présentées, détaille la porte-parole. Elle ajoute que par son action, le syndicat CGLSB "est en train de confiner ses chauffeurs dans des salles de garde, alors que ceux-ci seraient plus en sécurité le cas échéant dans leur cabine". 

"Totalement irresponsable"

Pour la direction générale des TEC, ce mouvement, qui n'a pas fait l'objet d'un préavis, est "totalement irresponsable et contraire à l'attitude solidaire souhaitée par les entités fédérale et fédérées", indique Stéphane Thiery, directeur marketing et porte-parole du groupe TEC. "D'autant qu'une réunion en sous-commission paritaire avait été fixée à ce vendredi matin et elle aura bien lieu". Des mesures seront annoncées à l'issue de cette rencontre, qui ont été "concertées avec le ministre de la Mobilité hier soir".

Ces mesures font suite à celles annoncées jeudi soir par le Conseil national de sécurité afin de lutter contre la propagation du nouveau coronavirus. "Depuis le début de la crise Covid-19, la direction a été en contact permanent avec le SPF Mobilité et le SPF Santé publique afin de communiquer correctement et d'adapter nos mesures internes, en concertation avec les syndicats", tient à rappeler la direction générale. La réunion en sous-commission paritaire se tiendra à 10h00 vendredi.

 

Vos commentaires