En ce moment
 
 

Comment va se passer "Namur en mai", 1er événement culturel prévu depuis des mois?

 
 

En direct de Namur, Samuel Chapel, directeur du festival "Namur en mai", revenait sur les festivités prévues du 13 au 15 mai, premier évènement culturel prévu depuis plusieurs mois, et sur leur organisation. Il répondait aux questions de notre journaliste Alix Battard.

Vos festivités pourrait justement être utilisées comme test, avec ces test PCR, sous quelle forme exactement ?

Ça fait des mois qu'on propose de faire des tests. Ce qui est chouette, c'est qu'il y a déjà énormément de tests qui ont été faits partout à l'étranger, qui démontrent que la culture est sûre, notamment en plein air. Ici on va simplement probablement tester quelques petits paramètres. On attend les validations au niveau du ministère de la Santé et de la Culture mais l'idée serait de tester peut-être avec, sans le masque, avec, sans la distance, pour voir si ça a un impact sur les contaminations puisqu'on sait déjà que la culture est sûre. Des études ont eu lieu partout en Europe et tous les tests le disent : la culture notamment en plein air, avec protocole, est tout à fait sûre pour le public.

Dans tous les cas, cette édition 2021 de Namur en mai ne sera pas comparable aux autres : d'habitude vous accueillez des milliers de personnes, là ce sera 50 personnes maximum par spectacle. Malgré ces conditions vous vouliez absolument maintenir ?

Oui pour nous, c'est un signal clair. On voulait absolument proposer un contenu culturel. On voit à quel point le public a besoin de se retrouver en plein air, de retrouver les artistes, de continuer à rêver, de partager des émotions ensemble. Et ça, c'est vraiment le rôle de la culture. On voit à quel point énormément de nos concitoyens dépérissent sans culture, sans rencontre, donc on voulait absolument dans tous les cas proposer un événement dans le cadre de Namur en mai, le plus gros possible en fonction des protocoles. Bien sûr, en étant avant tout attentifs à la sécurité du public.

Les autorités ont annoncé déjà un comité de concertation spéciale dédié notamment à la culture. Pour l'instant vous vous sentez toujours le secteur oublié ?

Il est plus que temps. C'est clair que la culture a été tout à fait négligée, malgré le fait que comme je disais tout à l'heure, la culture est sûre, malgré le fait que la culture est tout à fait essentielle au bien-être des citoyens. On a clairement le sentiment que la culture n'est pas une préoccupation pour nos politiques et donc on est ravi qu'enfin on s'en préoccupe. Avec évidemment des demandes fortes de la part du secteur : de pouvoir premièrement savoir oui ou non est-ce qu'on pourra maintenir des événements de grande ampleur cet été ? Deuxièmement, quels sont les protocoles qui vont nous permettre d'organiser ces événements dans les meilleures conditions ? Combien de public on va pouvoir accepter ? Dans quel cadre sanitaire ? On a besoin de ces infos. Maintenant ça met un temps très long d'organiser les événements. Et pour terminer, bien entendu, de quelle manière est-ce qu'on va pour être soutenus et aidés financièrement puisque ça fait maintenant un an et demi qu'on travaille, qu'on prépare des projets, des événements, qu'on a des frais et que, malheureusement, on n'a aucune recette.




 

Vos commentaires