Accueil Actu Belgique Elections 2024

Dernières consultations royales et nomination de l'informateur: revivez notre direct à J+3 des élections

Trois jours après les élections, le Roi a terminé ses consultations et va rencontrer Bart De Wever au Palais à 14h30. Il devrait le nommer informateur.

En direct

Election 2024 J+3
Bart De Wever nommé informateur par le Roi

Convoqué au Palais royal de Bruxelles, Bart De Wever a été nommé informateur. Le bourgmestre d'Anvers aura pour but d’identifier les partis désireux de former rapidement une coalition stable au niveau fédéral et de dégager ses principales orientations politiques.

Bart De Wever quitte le Palais

François De Smet (Défi) quitte le Palais

Le président de Défi quitte le Palais aussi discrètement qu'il n'y est arrivé. Il n'a pas accordé d'interview aux médias. 

Bart De Wever vient d'arriver au Palais

 

Bart de Wever a "gagné son pari"

Notre journaliste Loïc Parmentier est présent devant le Palais royal et il réagit à l'annonce de la convocation de Bart De Wever: "C'est assez logique que Bart De Wever soit nommé pour cette mission royale. C'est tout simplement le président du plus grand parti de Belgique, le premier parti de Flandre, il a réussi son pari, il a gagné les élections en Flandre. Bart De Wever s'était d'ailleurs positionné un peu avant les élections comme candidat Premier ministre."

Bart De Wever va être reçu par le Roi

Le président de la N-VA Bart De Wever va être reçu par le Roi au Palais à 14h30. Il devrait être nommé informateur.

François de Smet quitte le Palais, les consultations royales sont terminées

Le président de DéFi François de Smet s'est entretenu 30 minutes avec le roi. Les consultations royales sont maintenant terminées. On attend donc le nom de l'informateur.

François de Smet est arrivé au Palais

François De Smet, le président de DéFi est à son tour arrivé au Palais royal pour entamer son entretien avec le roi. "Je crois que la situation politique est beaucoup plus claire que d'habitude", a-t-il déclaré. "Et donc il appartient maintenant aux vainqueurs clairs de cette élection de transformer l'essai, même si la Suédoise a laissé le pays dans la situation qu'on connaît, avec de très mauvais souvenirs en termes de santé, de défiscalisation de la justice et de la police, et un pays plus divisé que jamais. Donc on va voir comment celles et ceux qui ont les commandes aujourd'hui vont rassembler.."

Bart De Wever a rencontré Raoul Hedebouw

Le président de la N-VA et informateur flamand Bart De Wever s'est entretenu mercredi matin avec le président du PTB/PVDA Raoul Hedebouw dans le cadre des traditionnelles rencontres exploratoires en vue la formation d'un nouveau gouvernement en Flandre.

Plus tard dans la journée, à 17h00, le bourgmestre d'Anvers aura cette fois un entretien préliminaire avec les co-présidents de Groen, Nadia Naji et Jeremie Vaneeckhout.    

On ignore encore ce que fera par la suite Bart De Wever, vainqueur des élections de dimanche. Celui-ci pourrait tenir un second round de discussions préliminaires. Ou accélérer alors le tempo et annoncer d'emblée l'ouverture de véritables négociations pour la formation d'une coalition entre son parti, le CD&V et Vooruit. 

"On se prépare pour une opposition", dit Groen

Nadia Naji, co-présidente de Groen, à sa sortie du Palais: "On se prépare pour une opposition, on ne va pas dépanner un gouvernement de droite", dit-elle. "Sur l'idée de Good Move il n'y a aucun problème. Augmenter des pistes cyclables et l'idée d'augmenter plus les transports en commun bien sûr. Je pense que pour nous la priorité reste très claire, on a un mandat pour continuer à changer Bruxelles et c'est ce qu'on fera."

 

Rajae Maouane et Jean-Marc Nollet ne sont restés que 20 minutes

Les co-présidents démissionnaires d'Ecolo Rajae Maouane et Jean-Marc Nollet sont sortis de leur entrevue avec le roi après moins de 20 minutes. Il s'agit de l'entretien le plus court.

Les co-présidents d'Ecolo démissionnaires sont arrivés au Palais

Rajae Maouane et Jean-Marc Nollet, les co-présidents démissionnaires d'Ecolo, sont entrés dans la cours du Palais royal sans dire le moindre mot aux médias.

Elke Van den Brandt (Groen) n'entend pas renoncer à Good Move

La ministre bruxelloise de la Mobilité, Elke Van den Brandt, cheffe de file de Groen, qui est arrivé premier parti flamand à Bruxelles lors des élections régionales dimanche, a exclu mercredi de supprimer le plan de mobilité régional Good Move, comme l'a réclamé durant la campagne le MR, arrivé premier côté francophone.

Forte de son succès de dimanche (22,8% dans le corps électoral flamand à Bruxelles, NDLR), Mme Van den Brandt estime avoir reçu dimanche un mandat clair pour poursuivre sa politique en vue de réduire la pression automobile dans la capitale. 

Groen ne montera ni dans le gouvernement fédéral ni dans le flamand

Le parti écologiste flamand Groen ne participera à aucune majorité gouvernementale au Fédéral ou au niveau régional flamand, ont annoncé les co-présidents du parti.

"Nous n'allons pas dépanner un gouvernement de droite". C'est en ces termes que Nadia Naji et Jeremie Vaneeckhout ont confirmé mercredi le choix des verts flamand de siéger dans l'opposition au fédéral, mais aussi à la Région flamande.  

Les écologistes étaient les premiers à être reçus par le Roi Philippe au Palais royal de Bruxelles, pour cette troisième journée de consultations en vue de former le futur gouvernement. Le choix de l'opposition a clairement été confirmé.    

"Ils veulent toucher le budget des gens. Nous pas." a renchéri Jérémie Vaneeckhout.

À lire aussi

Sélectionné pour vous

Commentaires

3 commentaires

Connectez-vous à votre compte RTL pour interagir.

S'identifier S'inscrire
  • le ps est loin est loin d être mort ,une partie de son électora a formé les engaés ,une autre renforcer le ptb ,le bleu devindra trés vite violet ,on t il une idée pour récompenser les 20%de trop fatigués????

    jacques Beriot
     Répondre
  • Donc, à Bruxelles, si on résume: PS, Ecolo/Groen et OpenVLD veulent rester dans l'opposition. Et ni PTB/PVDA ni le VB n'iront dans un gouvernement vu leurs exigences. Ce qui veut dire qu'il est mathématiquement impossible d'y former une majorité (puisque les partis qui s'excluent ont 47 sièges sur 90)... Tous ces partis qui disaient ne pas "faire d'exclusive" il y a quelques mois...

    Thierry Frayer
     Répondre
  • Pour un qui était contre la monarchie!!!

    Eddy PONDANT
     Répondre