Accueil Actu Belgique Société

DIRECT - Colère du monde agricole: trois policiers blessés, les tracteurs rejoignent la fédération du commerce Comeos

Les agriculteurs ont investi ce lundi le quartier européen de Bruxelles, là où s'est tenu le sommet européen qui a rassemblé les différents ministres européens de l'Agriculture.

Toutes nos équipes sont mobilisées pour vous informer des actions des agriculteurs, de leur ampleur et des répercussions sur les routes. Suivez la situation en direct.

En direct

DIRECT - Les agriculteurs investissent le quartier européen à Bruxelles
Retour au calme dans le quartier européen à Bruxelles

Les jeunes agriculteurs ont quitté la Rue de la Loi avec un dernier concert de klaxon, tandis que d'autres se sont dirigés vers Comeos, la Fédération des Entreprises de Belgique, pour une concertation.

Des stigmates de la manifestation sont encore visibles dans le quartier européen, avec du foin, des coquilles d'œufs et des débris jonchant le sol. Les pompiers et les forces de l'ordre sont mobilisés pour le nettoyage.

 

La police déplore trois blessés et plusieurs incidents à la manifestation des agriculteurs

La zone de police Bruxelles-Capitale/Ixelles (PolBru) compte trois policiers blessés lors de la manifestation des agriculteurs, a-t-elle annoncé lundi. Elle indique également que les manifestants ont incendié une quantité importante de pneus de voiture et de paille près du barrage rue de la Loi à la hauteur de la rue du Taciturne, et que des pneus et de la paille en feu ont été jetés sur la chaussée d'Etterbeek depuis le pont de la rue de la Loi.

"Usage a également été fait de gaz lorsque certains manifestants ont voulu forcer le dispositif de la police avec des tracteurs. Une enquête a été immédiatement lancée pour identifier les émeutiers, sur la base de l'analyse des images. Un certain nombre d'incidents mineurs se sont également produits, mais sans conséquences", ajoute la police bruxelloise.  

PolBru a compté 900 tracteurs stationnés sur plusieurs axes principaux, comme la rue de la Loi, la rue Belliard et la place du Luxembourg. Elle précise également que près de 700 manifestants étrangers étaient présents, venus principalement d'Italie et d'Espagne.

La circulation a été perturbée toute la journée dans le quartier européen et aux alentours, précise-t-elle encore.

Edition numérique des abonnés

 

Edition numérique des abonnés

 

La police a évacué les derniers agriculteurs à Bruxelles

La police a évacué lundi après-midi les derniers agriculteurs qui s'étaient regroupés autour d'un feu dans la rue de la Loi à Bruxelles pour que les pompiers puissent éteindre l'incendie. Plus tôt dans la journée, les manifestants avaient mis le feu à une montagne de plastique et de pneus près de la place Schuman, ce qui avait provoqué d'importantes étendues de fumée noire dans le quartier européen.

Les agriculteurs ont abandonné après quelques pressions et ont promis de revenir la semaine prochaine. Les déchets des agriculteurs en colère (paille, pneus de tracteur, boîtes de conserve vides...) sont le témoin silencieux d'une protestation bruyante.   Selon un décompte de la zone de police Bruxelles-Capitale/Ixelles, 900 tracteurs ont rejoint la capitale européenne lundi pour une manifestation en marge d'un conseil des ministres de l'Agriculture des 27 États membres de l'Union européenne. Les agriculteurs demandent notamment à l'Europe des mesures pour sortir des accords de libre-échange et de mettre un terme aux négociations de l'accord UE-Mercosur.

Une manifestation d'une ampleur similaire avait été organisée le 1er février, place du Luxembourg, devant le Parlement européen

Edition numérique des abonnés

 

Les tracteurs se rendent chez Comeos, la fédération du commerce

 

Qu'est-ce qui a été décidé lors de la réunion entre les ministres de l'Agriculture ? Les explications de David Clarinval

 

David Clarinval, ministre de l'Agriculture: "Il faut prendre des mesures rapides"

Les ministres européens de l'Agriculture ont soutenu lundi à Bruxelles les propositions de la Commission pour réduire les charges administratives des agriculteurs, mais ont aussi demandé d'aller plus loin dans la révision du cadre réglementaire. Les ministres se réunissaient sous la pression de plusieurs centaines d'agriculteurs venus en tracteur manifester au cœur du quartier européen. Le Conseil (États membres) "a convenu que cela allait dans la bonne direction : ce sera le tout premier pas concret pour répondre rapidement à certaines préoccupations des agriculteurs au niveau européen", a commenté le ministre David Clarinval, qui présidait la réunion. 

La ministre de l'Intérieur, Annelies Verlinden, demande à la police d'identifier les émeutiers

Face aux violences qui émaillent la manifestation des agriculteurs ce lundi à Bruxelles, La ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden a demandé à la police d'identifier les émeutiers, en particulier ceux qui contreviennent aux injonctions des forces de l'ordre et si des personnes sont blessées.

Des centaines d'agriculteurs sont de nouveau descendus dans les rues de la capitale ce lundi. Plusieurs dizaines d'entre eux ont cherché la confrontation avec la police en utilisant leurs tracteurs. "Les agriculteurs qui manifestent à nouveau à Bruxelles pour faire entendre leur voix et demander de la considération et du respect pour leur travail et leur avenir, doivent faire preuve du même respect à l'égard des nombreux policiers qui encadrent la manifestation", a écrit la ministre Verlinden sur X. "Nos services de police ont pour mission première de maintenir et de rétablir l'ordre public. Mais je leur demande aussi d'identifier les émeutiers, surtout lorsque les ordres de nos policiers ne sont pas respectés et que des personnes sont blessées. Le droit de manifester nous est cher; il doit être utilisé avec respect", a-t-elle ajouté.

Edition numérique des abonnés
Edition numérique des abonnés

 

Retour au calme dans la rue de la Loi

Après plusieurs prises de parole, des pétards et quelques échauffourées, l'ambiance est redevenue calme dans la rue de la Loi à Bruxelles. Les agriculteurs regroupés aux abords de la station de métro Maelbeek, encadrés par un barrage policier, commencent à quitter les lieux.

Selon un décompte de la zone de police Bruxelles-Capitale/Ixelles, 900 tracteurs ont rejoint la capitale européenne lundi pour une manifestation en marge d'un conseil des ministres de l'Agriculture des 27 Etats membres de l'Union européenne. Les agriculteurs demandent notamment à l'Europe des mesures pour sortir des accords de libre-échange et de mettre un terme aux négociations de l'accord UE-Mercosur.

Une manifestation d'une ampleur similaire avait été organisée le 1er février, place du Luxembourg, devant le Parlement européen.

Edition numérique des abonnés

 

La police fait usage de pompes à eau contre les agriculteurs en tracteurs

 

Echauffourées entre agriculteurs et policiers: de nouvelles images

D'autres images nous parviennent des échauffourées survenues ce matin entre la police et les agriculteurs.

 

Les premiers tracteurs quittent la rue de la Loi

Une dizaine de tracteurs d'agriculteurs ont quitté la rue de la Loi à proximité de la station de métro Arts-Loi lundi vers 14h40, a constaté Belga sur place. Les tracteurs sont toujours présents en nombre aux abords de la station Maelbeek et près du rond-point Schuman.

Quelque 900 tracteurs ont rejoint la capitale européenne lundi matin pour une manifestation en marge d'un conseil des ministres de l'Agriculture des 27 États membres de l'Union européenne.

Edition numérique des abonnés

 

La tension monte entre agriculteurs et policiers

 

 

Edition numérique des abonnés

 

Brussels Airport conseille aux voyageurs de se rendre à l'aéroport en train

Des tracteurs bloquent lundi après-midi un rond-point aux abords de Zaventem, provoquant des files autour et en direction de l'aéroport de Bruxelles-National. Brussels Airport conseille dès lors aux voyageurs de prendre le train pour rejoindre l'aéroport.
Une dizaine de tracteurs bloqueraient actuellement ce rond-point du côté de Zaventem.  

Environ 900 tracteurs se sont rendus ce lundi matin dans les rues de Bruxelles afin de protester contre des règles européennes que les agriculteurs estiment trop strictes en matière d'environnement et la baisse de leurs revenus.

 

Nouvelles échauffourées entre agriculteurs et policiers

La police a une nouvelle fois fait usage de gaz lacrymogène lundi vers 13h20 à l'encontre de plusieurs agriculteurs venus manifester à Bruxelles, a constaté Belga sur place.

Quatre tracteurs et des agriculteurs ont tenté de s'approcher d'un barrage policier établi au niveau de la chaussée d'Etterbeek, sous un pont ferroviaire. Les manifestants ont également lancé des projectiles en visant les forces de l'ordre.  

La police a répliqué en projetant du gaz lacrymogène et de l'eau pour disperser les manifestants.

Edition numérique des abonnés

 

La tension est montée d'un cran à Bruxelles

 

 

Une délégation d'agriculteurs sera reçue par le Conseil et la Commission

Une délégation de jeunes agriculteurs sera reçue lundi en milieu d'après-midi par la présidence belge du Conseil de l'UE et par la Commission européenne, à l'issue de la réunion des ministres de l'Agriculture de l'UE, dans les bâtiments du Conseil, a annoncé la présidence belge.
 

Des agriculteurs ont lancé des œufs sur un bâtiment des institutions européennes

Des agriculteurs ont jeté lundi matin des œufs sur le Lex Building, l'un des bâtiments des institutions européennes situé près de la place Schuman.

Quelque 900 tracteurs se sont rassemblés à Bruxelles, formant un long cortège bloquant principalement la rue de la Loi. Sous le bruit des klaxons, certains manifestants continuent à lancer pétards, œufs ou encore oranges.  

Plusieurs fédérations agricoles sont de retour dans la capitale pour manifester en marge d'un Conseil européen des ministres de l'Agriculture ce lundi dès 10h00.  

Les agriculteurs se font entendre depuis plusieurs semaines contre des règles européennes qu'ils estiment trop strictes en matière d'environnement et la baisse de leurs revenus.

Edition numérique des abonnés
Edition numérique des abonnés

 

Edition numérique des abonnés

Une délégation d'agriculteurs reçue à 14h30

Une délégation de jeunes agriculteurs sera reçue ce lundi en milieu d'après-midi par la présidence belge du Conseil de l'UE et par la Commission européenne, à l'issue de la réunion des ministres de l'Agriculture de l'UE, dans les bâtiments du Conseil, a annoncé la présidence belge.

Près d'un millier de tracteurs ont afflué ce lundi dans le quartier européen pour mettre la pression sur l'Union européenne.

Programmée de longue date, la réunion de ce lundi doit permettre d'avancer sur des mesures de simplification de la Politique agricole commune (PAC), dans l'attente d'un deuxième paquet de propositions en mars sur la rémunération des agriculteurs, avait souligné à son arrivée le ministre belge David Clarinval.

Environ 900 tracteurs présents à Bruxelles, selon la police

Quelque 900 tracteurs sont présents à Bruxelles, concentrés dans le quartier européen, selon un comptage officiel de la police de la zone Bruxelles-Capitale/Ixelles établi lundi vers 11h00.

Les tracteurs, qui continuent à affluer dans la capitale, forme un long cortège bloquant principalement la rue de la Loi. Sous le bruit des klaxons, certains manifestants continuent à lancer pétards, œufs ou encore oranges, tandis que d'autres alimentent un brasier fait de pneus, de palettes et de paille non loin du barrage policier situé rue de la Loi, à proximité du rond-point Schuman.  

Plusieurs fédérations agricoles sont de retour dans la capitale pour manifester en marge d'un Conseil européen des ministres de l'Agriculture ce lundi dès 10h00.  

Les agriculteurs se font entendre depuis plusieurs semaines contre des règles européennes qu'ils estiment trop strictes en matière d'environnement et la baisse de leurs revenus.

 

"Tant que des actions concrètes ne seront pas prises, on ne se calmera pas"

Plusieurs centaines de tracteurs ont envahi les rues de la capitale lundi matin pour venir manifester leur colère, qui ne désemplit pas depuis les premières actions de protestation menées début février. La Fugea, à l'initiative de la mobilisation, compte bien rappeler aux représentants européens la priorité "numéro 1" de la grogne agricole, à savoir des "revenus et prix justes".

Les agriculteurs continuent d'arriver à Bruxelles, en marge d'un Conseil européen des ministres de l'Agriculture qui a commencé à 10h00. Ils entendent exprimer leur mécontentement face aux récentes décisions de la Commission européenne prises en réaction aux actions de protestation de début février.  

"La Fugea est de retour pour rappeler notre demande numéro une, à savoir celle de garantir un revenu digne aux agriculteurs et agricultrices. Et pour cela, nous n'avons pas le choix que de sortir des politiques de libre-échange et de dérégulation des marchés", a souligné le chargé de mission politique de la Fugea, Timothée Petel.    

La fédération agricole dit attendre "des actes forts sur ces enjeux-là" de la part de la Commission européenne, et considèrent ses récentes décisions comme "largement insuffisantes".  

"La Commission nous propose de mettre en pause certaines règles environnementales (ce que nous n'avons pas demandé) et de faire de la simplification administrative. Certes, c'est nécessaire pour les agriculteurs mais cela ne répond pas à notre priorité, soit fixer des prix justes", a insisté Timothée Petel.    

Après un mois et demi de mobilisation, l'ébullition du secteur agricole est encore bien palpable. "Les agriculteurs et agricultrices sont de plus en plus colères, précisément parce que nous ne voyons pas d'actions concrètes sur notre demande concernant le revenu. Tant que des actes forts, notamment sur l'arrêt de l'accord UE-Mercosur, ne seront pas posés, nous ne nous calmerons pas et maintiendrons la pression", a conclu Timothée Petel.

Des agriculteurs brisent un barrage policier

Des agriculteurs ont réussi à forcer un barrage de police à Bruxelles lundi matin, situé au croisement de l'avenue d'Auderghem et de la rue Belliard, à l'aide de leurs tracteurs.

La police envoie actuellement des renforts sur place. En attendant, des agents de police sont également bombardés de fumier, ce qui les oblige à reculer davantage.  

Plus tôt, un premier barrage de police à l'intersection avait simplement été contourné. En effet, le barrage ne tenait pas compte de la piste cyclable et du chemin piétonnier, ce qui a permis aux tracteurs de se diriger vers la place Schuman.  

Le véhicule de police, en guise de barrage, a également été encerclé par plusieurs tracteurs, ce qui n'a laissé d'autre choix au policier qui conduisait le véhicule que celui de battre en retraite.

Edition numérique des abonnés

 

La police déploie des canons à eaux pour éteindre les feus allumés par les agriculteurs

La police a déployé les canons à eau pour éteindre des brasiers allumés rue de la Loi par les agriculteurs venus manifester à Bruxelles. Ceux-ci tentent de garder le feu allumé, à base de pneus de tracteurs et de paille, face aux véhicules de police équipés de canons à eau.

Alors que des centaines de tracteurs continuent à affluer lundi matin dans les rues du quartier européen (la police en dénombrait plus de 300 vers 08h30), le ciel s'est noirci de fumée noire près de la barricade policière principale, placée rue de la Loi aux abords du rond-point Schuman. Pour exprimer leur colère, les agriculteurs persistent à allumer ce grand feu, faits de paille et de pneus, pendant que la police tente désespérément d'éteindre celui-ci à l'aide de canons à eau.    

"Il y a effectivement une intervention en cours rue de la Loi, à hauteur de la rue du Taciturne, où des agriculteurs ont mis feu à des pneus. Deux arroseuses sont sur place pour tenter d'éteindre le foyer", a indiqué la police bruxelloise.    

La police anti-émeute est sur place, et a par ailleurs fermé l'accès à la place Schuman. En raison de la manifestation des agriculteurs, aucun train ne s'arrête à la gare de Schuman pour le moment.

Edition numérique des abonnés
Edition numérique des abonnés

 

 

Des agriculteurs bloquent le Ring intérieur de Bruxelles à Ruisbroek

Des agriculteurs ont complètement bloqué la circulation sur le Ring intérieur de Bruxelles près de Ruisbroek vers 09h00 lundi matin.

Entre-temps, le trafic en direction de Bruxelles est bloqué à partir de Hal, indique le centre flamand de la mobilité (Vlaams Verkeerscentrum).

Il y a également des perturbations depuis environ 09h00 sur la E40 entre Tirlemont et Heverlee, où une colonne de tracteurs se dirige vers Bruxelles. Les automobilistes doivent s'attendre à des temps de parcours allongés.  

Les agriculteurs se font entendre depuis plusieurs semaines contre des règles européennes qu'ils estiment trop strictes en matière d'environnement et la baisse de leurs revenus.

Les autoroutes vers Bruxelles toujours chargées

Plusieurs grands axes de la capitale sont bloqués, comme la rue de la Loi, les tunnels Reyers centre, Cinquantenaire, Tervuren et Loi . Les autoroutes qui mènent à Bruxelles sont particulièrement chargées: la E429, la E40 et le ring qui est bloqué à Ruisbroek vers Grand-Bigard.  

Des colonnes d'agriculteurs arrivent encore depuis le nord et le sud du pays. Et pour rappel, les stations de métro Schuman et Maelbeek sont fermées ce matin.  

Des agriculteurs face aux forces de l'ordre dans le quartier européen

Edition numérique des abonnés

 

Long cortège le long du Boulevard Général Jacques à Ixelles

 

Edition numérique des abonnés

"Ça chauffe plus que prévu", d'après les policiers

Il est très compliqué de circuler ce matin dans la capitale en raison de la mobilisation des agriculteurs. C’est surtout le quartier européen qui est touché par les embarras de circulation. D’ailleurs, la police déconseille de prendre la voiture. La Stib recommande à ses usagers de prendre le métro, sauf les stations Schuman et Maelbeek qui sont fermées.  

"Les agriculteurs sont là pour faire du bruit devant les institutions européennes. Pour l’instant, ils sont bloqués rue de la Loi, mais leur objectif c’est le rond-point Schuman où je me trouve actuellement. Mais, tout le périmètre est complètement bloqué par les policiers. Nous-mêmes, nous n‘avons pas le droit de nous rapprocher des institutions. Mais on entend quand même les klaxons des tracteurs au loin", explique Claire Carosone, notre journaliste qui suit cette mobilisation devant la Commission européenne.

"Ca chauffe plus que prévu", d'après les policiers.

Edition numérique des abonnés
Edition numérique des abonnés

 

Environ 300 tracteurs déjà présents dans le quartier européen

Quelque 300 tracteurs, selon les chiffres de la police bruxelloise, étaient déjà présents vers 08h30 dans le quartier européen. Alors que la colère ne désemplit pas chez les agriculteurs, plusieurs fédérations agricoles sont de retour dans la capitale lundi matin pour manifester en marge d'un Conseil européen des ministres de l'Agriculture prévu dès 10h00. Elles entendent exprimer leur mécontentement face aux récentes décisions de la Commission européenne - jugées insuffisantes - prises en réaction aux actions de protestation menées début février.

Dès 08h30, une odeur de fumée embaumait déjà la rue de la Loi, bloquée à la circulation par le cortège de tracteurs. Un feu à même un passage piéton, au croisement de la rue de la Loi et de la rue de Trèves, était déjà venu faire fondre l'asphalte tandis que sur un fond musical ("Je ne suis pas un héros" de Daniel Balavoine), des agriculteurs déversaient un mélange de fumier et de pneus devant la barricade policière aux abords du rond-point Schuman.    

"Quelque 300 tracteurs sont déjà présents dans le quartier européen, mais des centaines d'autres devraient probablement débarquer dans la matinée", a informé la zone de police de Bruxelles-Capitale/Ixelles.    

Edition numérique des abonnés

 

"Il faut traire la vache, pas l'agriculteur", arborait une banderole accrochée à l'un des véhicules d'agriculteurs. La plupart de ceux déjà présents sur place viennent de la province de Namur, ou encore d'Italie comme en témoignent les drapeaux jaunes de la principale confédération syndicale agricole italienne, Coldiretti.  

Les manifestants exigent des décideurs politiques européens de "réelles solutions structurelles prenant en compte les demandes des petits et moyens paysans", souligne la Fugea, à l'initiative de la mobilisation. La Fédération wallonne de l'agriculture (FWA), la Fédération des jeunes agriculteurs (FJA), la Coordination européenne Via Campesina (ECVC), le Mouvement d'action paysanne (MAP) et le Boerenforum ont également annoncé leur présence lundi.

D'autres tracteurs arrivent de Ghislenghien

La colonne de tracteurs partie de Ghislenghien est toujours sur le ring de Bruxelles à hauteur de Drogenbos. 

Edition numérique des abonnés

 

La colonne de Nalinnes est à hauteur de Nivelles

Edition numérique des abonnés

 

Des colonnes convergent vers la capitale

Plusieurs dizaines de tracteurs ont pénétré lundi matin dans le centre historique de Bruxelles, y compris sur la Grand-Place, en klaxonnant bruyamment. Des colonnes de tracteurs convergent toujours vers la capitale, a précisé la police fédérale.

Des centaines de tracteurs sont à nouveau attendus dans la capitale ce lundi, où ils mèneront une action dans le quartier européen. Vers 08h00, les tracteurs étaient déjà très nombreux rue de la Loi.  

"Plusieurs colonnes de tracteurs convergent vers Bruxelles via les autoroutes et les nationales", a indiqué la police fédérale, appelant à la prudence. Ces colonnes étaient vers 07h35 à hauteur de Corroy-

Le-Grand sur la E411/A4, à hauteur de Hélécine sur la E40/A3 et de Tubize sur la E429/A8.   Les agriculteurs se font entendre depuis plusieurs semaines contre des règles européennes qu'ils estiment trop strictes en matière d'environnement et la baisse de leurs revenus.

Les organisations agricoles demandent notamment à l'Union européenne de se retirer des accords de libre-échange avec les pays d'Amérique du Sud.

 

Une colonne de tracteurs provoque des perturbations à l'entrée du Ring à Halle

Edition numérique des abonnés

 

Des tracteurs sur la Grand-Place de Bruxelles

Plusieurs dizaines de tracteurs ont pénétré lundi matin dans le centre historique de Bruxelles, y compris sur la Grand-Place, en klaxonnant bruyamment. Des centaines de tracteurs sont à nouveau attendus dans la capitale ce lundi, où ils mèneront une action dans le quartier européen.

Les agriculteurs se font entendre depuis plusieurs semaines contre des règles européennes qu'ils estiment trop strictes en matière d'environnement et la baisse de leurs revenus. Les organisations agricoles demandent notamment à l'Union européenne de se retirer des accords de libre-échange avec les pays d'Amérique du Sud.

Edition numérique des abonnés

 

Les stations de métro Maelbeek et Schuman fermées

Les tunnels bruxellois Reyers-Centre, Tervueren, Cinquantenaire et Loi sont fermés en direction du Centre, fait savoir lundi matin vers 06h00, Bruxelles Mobilité sur X (anciennement Twitter). C'est le cas également des stations de métro Schuman et Maelbeek, indique la police Bruxelles Capitale Ixelles sur X.

Ces fermetures sont consécutives à l'action des agriculteurs qui vont investir le quartier européen dès 10h00 ce lundi.    

 

Les manifestants devraient pénétrer dans la capitale vers 08h30 via la chaussée de Mons, la chaussée de Louvain et la chaussée de Tervueren, selon la police bruxelloise.  

La police fédérale indique que "plusieurs colonnes de tracteurs convergent vers Bruxelles via les autoroutes et les nationales".  

Presque un mois après une première action, la Fugea, la Fédération wallonne de l'agriculture (FWA) et la Fédération des jeunes agriculteurs (FJA) seront de retour à Bruxelles. Celles-ci seront notamment accompagnées de la Coordination européenne Via Campesina (ECVC), du Mouvement d'action paysanne (MAP) et du Boerenforum, qui représentera la Flandre.

 

La colonne de tracteurs formée à Ghislenghien s'apprête à monter sur la E429

 Les agriculteurs ne pouvaient pas prendre l'autoroute, mais ils ont négocié avec la police.

Edition numérique des abonnés
Edition numérique des abonnés

 

Manifestation des agriculteurs à Bruxelles: la circulation sera fortement perturbée toute la journée

 

Un cortège de tracteurs se forme à Nalinnes

 

Edition numérique des abonnés

Un colonne de tracteurs se prépare à Ghislenghien

Des colonnes de tracteurs s'élancent un peu partout en Wallonie en direction de Bruxelles. C'est le cas ce matin, à Ghislenghien, dans le Hainaut. 

Edition numérique des abonnés

 

De nombreux tracteurs rue de la Loi à Bruxelles

Edition numérique des abonnés

 

Edition numérique des abonnés

Plusieurs tunnels fermés à Bruxelles

Les tunnels bruxellois Reyers-Centre, Tervueren, Cinquantenaire et Loi sont fermés en direction du Centre, fait savoir lundi matin vers 06h00, Bruxelles Mobilité sur X (anciennement Twitter).

Ces fermetures sont consécutives à l'action des agriculteurs qui vont investir le quartier européen dès 10h00 ce lundi.    Les manifestants devraient pénétrer dans la capitale vers 08h30 via la chaussée de Mons, la chaussée de Louvain et la chaussée de Tervueren, selon la police bruxelloise.  

La police fédérale indique que "plusieurs colonnes de tracteurs convergent vers Bruxelles via les autoroutes et les nationales".  

Presque un mois après une première action, la Fugea, la Fédération wallonne de l'agriculture (FWA) et la Fédération des jeunes agriculteurs (FJA) seront de retour à Bruxelles. Celles-ci seront notamment accompagnées de la Coordination européenne Via Campesina (ECVC), du Mouvement d'action paysanne (MAP) et du Boerenforum, qui représentera la Flandre.

Des cortèges aperçus dimanche soir à Gembloux et Wavre

 

Le 1er février, il y avait 1.300 tracteurs

Presque un mois après une première action, la Fugea, la Fédération wallonne de l'agriculture (FWA) et la Fédération des jeunes agriculteurs (FJA) seront donc de retour à Bruxelles. Celles-ci seront notamment accompagnées de la Coordination européenne Via Campesina (ECVC), du Mouvement d'action paysanne (MAP) et du Boerenforum, qui représentera la Flandre. En termes de mobilisation, "il est difficile de dire s'il y aura plus ou moins de monde que lors de la première action, où environ 1.300 tracteurs étaient présents", a précisé Guillaume Van Binst. Plusieurs centaines de véhicules agricoles sont néanmoins attendus dans les rues de Bruxelles.   

"L'Europe doit mieux protéger son agriculture"

La FJA regrette dans un communiqué qu'"aucune réponse structurelle que la fédération défend n'a été mise au menu du Conseil Agriculture de ce lundi". "La Commission ne propose que des ajustements minimes dont certains ne concernent même pas notre région, rejette volontiers la patate chaude aux États membres ou aux régions, ou vient avec des engagements illisibles et sans timing...", déplore-t-elle. "La colère ne désemplit certainement pas." 

"L'Europe doit mieux protéger son agriculture notamment dans le cadre des accords de libre-échange", ajoute la fédération. "L'Europe doit également avoir les moyens de ses ambitions en dotant la Politique agricole commune (PAC) d'un budget adéquat permettant aux agriculteurs de retirer un revenu pour les nombreux efforts qu'ils font en faveur de l'environnement."  

À lire aussi

Sélectionné pour vous

Commentaires

13 commentaires

Connectez-vous à votre compte RTL pour interagir.

S'identifier S'inscrire
  • HA IL NON PAS REPEIND LA LUNE EN VERT COMME PROMIS ?????????HO,,,,QUE DALLE LES QUE DALLE,,,PAS UN COPEC,,,NADA,,,,HO LES MENTEURS,,,,,,,MEME PAS DE LA VASELINE

    Sprl Gerard Chauffage
     Répondre
  • Ils bloquent les routes pour tenter d'imposer leurs envies à toute la population, au détriment des citoyens et envers et contre toute démocratie. Certains sont ivres (alors qu'ils roulent avec de gros engins...), et en plus, ils brûlent des pneus. Ce sont des terroriste!

    Thierry Frayer
     Répondre
  • Qu'on arrête ces criminels

    Thierry Frayer
     Répondre
  • Encore un fameux citoyen belge qu'il ne faut pas déranger dans son confort

    Alain Schmit
  • Qu'on manifeste, ok, mais brûler de pneus, faire des dégâts, empêcher les gens de travailler et briser des barrages policiers, là c'est trop ! Il ne faut pas laisser faire, quitte à faire intervenir l'armée et détruire quelques tracteurs.

    roger rabbit
     Répondre
Plus de commentaires