Accueil Actu Monde Europe

Une tentative d'empoisonnement contre un enquêteur du Qatargate? L'analyse de sang a révélé une présence massive d'amphétamines

Impliqué dans des incidents dans un bar du centre de Bruxelles le mois dernier, un inspecteur principal, qui enquête notamment sur le Qatargate, a porté plainte pour tentative d'assassinat. Son analyse de sang a révélé une présence massive d'amphétamines, rapporte Le Soir jeudi.

Fin janvier, le parquet de Bruxelles a confirmé que des faits impliquant un inspecteur principal de la police judiciaire fédérale, accompagné d'une inspectrice et d'un commissaire de l'Office central pour la répression de la corruption (OCRC), dans un bar de la capitale faisait l'objet d'une enquête.  

L'inspecteur principal de l'OCRC a depuis lors porté plainte pour tentative d'assassinat par empoisonnement, ce que confirme le parquet de Bruxelles. L'analyse sanguine effectuée sur l'inspecteur a relevé un taux d'amphétamines extrêmement élevé, plus élevé qu'une consommation "normale" à but "récréatif". Tout cela pour un enquêteur qui assure en interne ne prendre aucune drogue.  

Le soir des faits, après un rapide passage devant un médecin et une nuit complète dans les cellules de la zone de police Bruxelles-Ixelles, l'inspecteur principal a demandé à retourner à l'hôpital, souffrant de violents maux de ventre. Sur place, le personnel a réalisé des examens et constaté que le policier était victime de complications médicales graves, notamment une hémorragie interne qui aurait pu être fatale. Il a été hospitalisé plusieurs jours après une opération à l'abdomen.  

Ce policier, qui est l'un des cinq enquêteurs de référence dans le dossier de corruptions présumées au Parlement européen, surnommé "Quatargate", n'a pas souhaité s'exprimer. 

 

À lire aussi

Sélectionné pour vous

Commentaires

1 commentaire

Connectez-vous à votre compte RTL pour interagir.

S'identifier S'inscrire
  • Il serait temps de changer radicalement l'emploi et le mode d'emploi du soit disant parlement européen.

    Louis Neys
     Répondre