De plus en plus d'entreprises préfèrent quitter Bruxelles: qu'est-ce qui les pousse vers la périphérie ?

De plus en plus d'entreprises préfèrent quitter Bruxelles: qu'est-ce qui les pousse vers la périphérie ?

Ces dernières années, près de 7.000 sociétés ont décidé de déserter la capitale. Nathalie Pierard s'est demandé pourquoi ce matin sur Bel RTL.

Le groupe "Cinoco-Palais du vin" vient de l'annoncer : l'entreprise de 50 employés installée à Molenbeek va quitter Bruxelles pour s'installer à Nivelles. Elle est l'un des leaders belges sur le marché des distributeurs de vins et spiritueux indépendants et va construire un tout nouveau bâtiment dans le parc d'affaires Les portes de l'Europe. Le déménagement depuis est prévu pour janvier 2020.

Au départ, le groupe souhaitait rester à Bruxelles, mais il n'a pas trouvé de terrain adéquat à acheter. Il a donc décidé de déménager dans une zone plus facilement accessible.


13.800 départs, 10.000 installations

Ces entreprises qui quittent Bruxelles pour s'installer en périphérie, voire plus loin, sont nombreuses. Selon une étude réalisée par la Chambre du Commerce de Bruxelles, entre 2011 et 2016, près de 13.800 entreprises et indépendants (dont près de 7.000 sociétés) ont quitté la capitale. À contrario, plus de 10.000 entreprises sont venues s'y installer. Cela représente, sur 5 ans, un solde négatif avec plus de 3.000 départs.

Cela ne veut pas dire non plus que Bruxelles est déserté! L'économie Bruxelloise se porte d'ailleurs plutôt bien: d'après Eurostat, Bruxelles est la 3e région la plus riche d'Europe en termes de PIB par habitant après Londres et Luxembourg. À Bruxelles, on crée près de 12.000 entreprises chaque année, essentiellement des petites entreprises. 


Tout dépend du secteur

D'ailleurs, quitter Bruxelles n'est pas forcément intéressant pour certains secteurs d'activité. "Si vous êtes un cabinet d'avocats par exemple, partir loin de Bruxelles, ce n'est jamais très intéressant parce qu'il y a effectivement toutes les fonctions autour du palais de justice, les rencontres, etc., note Olivier Willockx administrateur délégué de la Chambre de Commerce de Bruxelles. Si vous faites de la transformation mécanique avec des camions de 35 tonnes qui doivent arriver à Molenbeek, le long du canal, probablement que très vite, en matières de permis notamment, vous aurez intérêt à trouver un accès plus proche de l'autoroute pour pouvoir circuler avec vos camions."


Pourquoi s'installer en dehors de Bruxelles ?

Les raisons pour lesquelles certains choisissent de quitter Bruxelles sont : le prix des terrains, moins élevé en périphérie ou en province, ce qui est très intéressant quand l'entreprise a besoin de s'étendre, mais aussi la mobilité parfois compliquée à Bruxelles, et la fiscalité.

"La fiscalité joue un rôle très négatif pour toutes les entreprises partout en Belgique, mais certainement à Bruxelles puisqu'on est un tout petit territoire avec 19 communes, 19 taxations différentes, et c'est vrai qu'il y a des grandes disparités entre les communes", explique Pascal Dujardin, administrateur délégué de l'UCM à Bruxelles.

Certaines communes sont plus chères et ont une fiscalité plus lourde, ce qui peut faire fuir les habitants et les entreprises : "Lorsqu'on interroge nos entrepreneurs, ils nous répondent que c'est d'abord la fiscalité, parfois aussi sa complexité, ajoute-t-il. La deuxième raison, c'est le foncier, et la troisième c'est la mobilité. Il y a des problèmes de mobilité à Bruxelles et ça peut défavoriser l'arrivée de nouveaux venants au niveau des entreprises."

Vos commentaires