En ce moment
 

La patronne de Proximus a demandé à l'Union belge de revoir son choix de Damso pour l'hymne des Diables

La patronne de Proximus a demandé à l'Union belge de revoir son choix de Damso pour l'hymne des Diables

La patronne de Proximus, Dominique Leroy, ne se retrouve pas dans le choix de l'Union belge de football de confier au rappeur bruxellois Damso l'hymne de l'équipe nationale pour la coupe du monde de football en Russie. Elle entend plaider après de l'Union belge pour qu'elle revienne sur sa décision, a indiqué le ministre des Entreprises publiques Alexander De Croo à la Chambre. Proximus est un des sponsors de l'Union belge.

Le rappeur bruxellois est controversé en raison de ses textes jugés misogynes. Le ministre Open Vld a lui-même qualifié de "vulgaires" les textes du rappeur. Toutefois, en tant que libéral, il estime que "Damso peut chanter ce qu'il veut, la dernière chose en faveur de laquelle il plaiderait serait la censure". Interrogé par la députée N-VA An Capoen, le ministre a dit vouloir placer le débat au niveau de la responsabilité sociale de l'Union belge. L'organisation a adopté une charte sociale. "Cela l'honorerait d'admettre qu'elle a fait un mauvais choix", a-t-il dit. Proximus a fait savoir au ministre que le respect de chacun, des femmes en particulier, et l'égalité des genres sont portés au pinacle par l'entreprise qui attend de ses partenaires qu'ils agissent de concert.

L'Union belge de football (URBSFA) avait confirmé mercredi soir le choix de Damso comme compositeur de l'hymne des Diables Rouges en vue de la Coupe du Monde en Russie. Le choix émis en novembre 2017 avait été contesté par le Conseil des Femmes qui condamnait les textes misogynes du rappeur bruxellois. Une polémique avait alors éclaté.

C’est un peu plus que des mots inconvenants, c’est violent, sexiste et parfois ce sont des appels à la violence

La co-présidente d’Ecolo Zakia Khattabi était l’invitée de Bel RTL ce matin. Elle déplorait cette décision. "C’est un peu plus que des mots inconvenants. C’est violent, c’est sexiste et parfois ce sont des appels à la violence", estime l’écologiste.

"Le football est un sport très populaire et de ce point de vue-là il est le vecteur de valeurs ou de messages qui peuvent toucher le public sans doute le plus large possible. Que l’on choisisse pour toucher un public aussi large quelqu’un qui banalise le sexisme, qui a des propos violents, cela me semble compliqué et je trouve cela dommage. On sait que notre équipe nationale a une image positive, est porteuse de valeurs d’égalité et de non sexisme. Et donc se donner comme porte-drapeau quelqu’un qui a derrière lui cette réputation-là, je trouve cela malheureux", ajoute Zakia Khattabi.

La co-présidente conclut en soulignant qu’elle ne censure pas pour autant Damso qui "peut continuer à faire ses chansons".

Vos commentaires