En ce moment
 
 

Perturbations à l'aéroport de Charleroi: voici les conseils pour les passagers qui partent en vacances ce vendredi

  • La situation à Charleroi Airport après la grève des agents de sécurité

  • Les agents de sécurité de Charleroi Airport réclament des primes

 

Les agents de sécurité de l'aéroport de Charleroi ont bloqué ce jeudi, dès 11h, l'accès à la zone de sécurité de l'aéroport de Charleroi (BSCA). Ils dénoncent les rémunérations qui leur sont proposées pour les charges de travail et les horaires atypiques. Les blocages ont été levés vers 14 heures, mais il y avait tant de monde qu'il a fallu organiser des passages au compte-goutte. Peu après 16h30, des passagers étaient toujours amassés à l'extérieur de l'aéroport, en attendant de pouvoir passer les contrôles de sécurité. Ce jeudi soir, la situation s'était calmée, mais les contrôles prennent un peu plus de temps car tous les agents ne sont pas présents.

La situation s'était apaisée ce jeudi soir à l'aéroport de Charleroi: plus de grande foule sur le parking et dans le terminal, constatait notre journaliste Aurélie Henneton, en direct dans le RTL INFO 19H. "Après cette journée faite de moments de stress, d'énervement pour les passagers, qui ont dû attendre 4 ou 5 heures, parfois, avec des enfants en bas âge, il y a encore des moments de tensions. Il y a quelques minutes, une vingtaine de passagers ont raté leur vol. Ils se demandent comment ils vont faire pour rallier leur destination. On est loin de l'excitation festive des départs en vacances", explique-t-elle.

Encore des lenteurs

Ce soir, toutes les lignes ne sont pas ouvertes car tous les agents ne sont pas présents, les contrôles des personnes prennent donc un peu plus de temps.

Des actions vendredi?

Faut-il craindre de nouvelles actions de grève à la veille des départs en vacances? Il y avait un préavis pour la nuit de jeudi à vendredi, qui a été suspendu, et non levé, précise notre journaliste. "Le front commun syndical dit ne pas vouloir pénaliser les vacanciers qui veulent partir en vacances, et donner une chance à la concertation. Il ne devrait plus y avoir d'action avant le 23 avril, mais il ne devait pas y a avoir d'action aujourd'hui, et elle a bien eu lieu. Il n'y a donc pas de garantie". Avis aux passagers qui décolleront ou atterriront ce vendredi à l'aéroport de Charleroi: "Il est vivement conseillé de venir avec trois heures d'avance, et de consulter les sites internet de l'aéroport de Charleroi et de leur compagnie".  


Récit d'une journée de chaos à l'aéroport de Charleroi

Comme mercredi, l'aéroport de Charleroi a à nouveau été perturbé par un arrêt de travail spontané des agents chargés des contrôles de sécurité et de la vérification des bagages. Ce jeudi, l'arrêt a commencé à 11h. "Blocage de l'aéroport, le personnel en plein bras de fer", précisait un témoin anonyme via le bouton orange Alertez-nous. Le porte-parole de l'aéroport a confirmé l'information, identique à celle de mercredi.

Un agent de sécurité, qui se croisait les bras, nous a décrit la situation par téléphone. "Le hall est rempli, on ne laisse plus passer personne depuis 11h". Ce qui a provoqué inévitablement des files, se propageant à l'extérieur du hall des départs. Vers 14h, alors que le blocage était finalement levé, les passagers pouvaient commencer à entrer par vagues dans le hall de l'aéroport, où ils se dirigeaient vers les postes de contrôles de sécurité. 


"C'est du jamais vu à l'aéroport de Charleroi"

Mais il y avait encore des répercussions durant tout l'après-midi et de nombreuses personnes se retrouvaient à attendre, dehors, de pouvoir avancer. "Toujours coincé dehors... 25min au téléphone avec Ryanair et ils ne savent pas nous dire quoi faire ! Au final ils disent juste de rappeler plus tard. Ils ne savent pas dire si les avions sont partis, si ils sont partis vides", témoigne Dimitri. "Toujours bloqué à l'aéroport de Charleroi ! Nous sommes dehors avec des enfants, que feront-ils quand il commencera à pleuvoir ! Nous sommes encore des otages !", écrivent Lucia et Cedrick.

Notre journaliste sur place, Céline Praile, constatait un important dispositif policier en place. Les agents contrôlaient l'afflux de passagers. En effet, malgré la lever du blocage, il y avait tellement de personnes sur le parking, qu'il a fallu faire rentrer les personnes au compte-goutte afin d'éviter le chaos et de préserver la sécurité des passagers. "C'est du jamais vu à l'aéroport de Charleroi", constatait notre reporter.

©RTL INFO - Aurélie Henneton
 

On ne connait pas pour le moment le nombre de vols retardés, ou de passagers ayant raté leur avion.

Une nouvelle réunion qui n'a rien donné

"Il y avait une nouvelle réunion, et les permanents syndicaux proposent aux agents ce qu'ils ont pu négocier: une prime annuelle de quelques centaines d'euros, au lieu de prime pour chaque week-end ou chaque nuit. Et de plus, la direction veut qu'on reporte la grève prévue demain après les vacances, pour éviter de pénaliser trop de passagers", nous a expliqué notre source interne au mouvement de grève spontané.

"Mais nous, les agents, on refuse, on poursuit la grève, malgré que notre employeur Securitas, dit qu'il est au bord de la faillite et qu'il pourrait perdre l'aéroport de Charleroi", expliquait l'agent souhaitant rester anonyme.

L'aéroport inquiet

L'aéroport de Charleroi est bien démuni face à la situation. Mercredi, le porte-parole expliquait que lorsque les contrôles reprenaient, ils essayaient de faire passer en priorité les passagers susceptibles de rater leur vol à cause. Encore faut-il les identifier...

Le porte-parole s'est inquiété jeudi de la tournure actuelle des événements alors que les vacances de Pâques débutent officiellement vendredi avec la promesse de vols remplis où il sera impossible de recaser les passagers qui n'auraient pas pu s'envoler.

"On espère que la direction de Securitas et les syndicats vont parvenir à s'entendre", a-t-il indiqué.

La grève officielle, couverte par un préavis émis il y a quelques semaines, devrait avoir lieu demain, le vendredi 5 avril.

Vos commentaires