En ce moment
 

Une école sauvée grâce à une nouvelle pédagogie qui fait sensation: "On travaille sur le rythme des enfants, le bien-être et les sens"

Beaucoup d'écoles sont menacées de fermeture parce qu'elles manquent d'élèves. C'était le cas de celle de Bouvignes, près de Dinant. Alors, pour sauver l'établissement, la direction a décidé de proposer une nouvelle pédagogie appelée la méthode Steiner. Et cela marche. De nombreux parents ont été séduits.

Calculer avec des pommes, dessiner à partir de véritables modèles ou bricoler avec des matières naturelles. C’est un peu la philosophie de l’école communale de Bouvignes qui s’inspire de la méthode Steiner, une pédagogie alternative.

"En fait, on travaille énormément sur le rythme des enfants, sur le bien-être et sur les sens. On est toujours dans un climat très serein", explique Fabienne Muriel, institutrice maternelle.


"On devait absolument trouver quelque chose pour dynamiser l’école"

Ce climat serein était nécessaire pour que l’école survive car, avant d’opter pour une pédagogie alternative, l’établissement risquait de fermer faute d’élèves en maternelle.

"En avril 2016, on avait compté plus ou moins 6 élèves à la rentrée de septembre. L’école n’allait donc pas résister. On devait absolument trouver quelque chose pour dynamiser l’école", se souvient Alexandra Leclère, directrice de l’établissement scolaire.

A peine adoptée, la méthode Steiner a fait sensation. Aujourd’hui la classe de maternelle compte 15 élèves. "On a des gens qui sont venus de partout et qui vraiment sont intéressés par cette pratique diversifiée où on essaye d’amener l’enfant au maximum de ses capacités avec ses forces et ses faiblesses tout simplement", assure la directrice.


"On fait de la relaxation, de la méditation, des massages"

Pas d’obligation, ni de punition. L’entraide est par contre essentielle. Les plus grands aident les plus petits et les aident à se réveiller après la sieste. "Les enfants dorment dans des hamacs, sur des peaux de mouton, on fait de la relaxation, de la méditation, des massages", énumère l’institutrice maternelle.

Le contact humain est primordial tout comme le rituel de fin de journée.

Vos commentaires