En ce moment
 
 

Voici les tram-bus hybrides qui vont bientôt circuler en Flandre: côté wallon, on est en retard...

Voici les tram-bus hybrides qui vont bientôt circuler en Flandre: côté wallon, on est en retard...

Ce week-end se tenait à Bruxelles le salon de référence en matière d'autocar et de bus. La société belge Van Hool propose un modèle innovant qui allie les qualités d'un tram à celles d'un bus. Il a déjà été vendu à 300 exemplaires dans le monde et se prépare à circuler en Flandre. Les bus hybrides ou 100% électriques sont clairement l'avenir du transport en commun. Mais les chiffres montrent que la Wallonie est particulièrement en retard...

"On en a vendu plus de 300 dans le monde entier mais surtout en Europe. On est présents dans 11 pays et à peu près 17 villes", se félicite Dirk Snauwaert, le porte-parole de la société Van Hool qui fabrique ce tram-bus. Le principe est simple : un bus sur roue qui n'est donc pas containt de suivre des voies, mais qui a la forme, la taille et le confort d'un tram. La société flamande De Lijn a commandé 14 exemplaires qui relieront l'aéroport de Bruxelles au Heysel à partir d'avril 2020.

Plusieurs carburants sont possibles. Le modèle exposé au salon fonctionne à l'hydrogène via une pile à combustible qui fait fonctionner un moteur électrique. Mais il n'est jusqu'ici que destiné à la France. Dans la plupart des autres villes, ce sont des hybrides électriques – diesel qui circulent. Et ce sera aussi le cas en Belgique lorsqu'il roulera, car l'hydrogène n'est pas suffisamment disponible à la pompe chez nous.

Un format peu adapté à Bruxelles

A Bruxelles, on hésite car ces tram-bus ne conviennent pas à tous les tracés à cause de leur longueur. "Les très très grands véhicules, il faut pouvoir les faire passer dans les rues étroites de Bruxelles et parfois ce n'est déjà pas très facile d'y faire passer un bus articulé", épingle Françoise Ledune, la porte-parole de la STIB. Pour autant, l'innovation ne fait pas peur à la société bruxelloise. "On a commencé à tester l'électrique donc ce n'est pas du tout exclu qu'on teste un jour l'hydrogène ou des tram-bus."

Bruxelles bon élève, la Flandre en net progrès, la Wallonie à la traîne

D'ailleurs, Bruxelles est le bon élève belge en matière de transports en commun moins polluants.

La STIB dispose de 250 bus hybrides et 37 bus électriques sur un total de 600 bus, soit près de 50% de la flotte.

En Wallonie, on en est très loin. Les TEC n'ont que 300 bus hybrides sur une flotte de 1800 bus, soit à peine un peu plus de 15%.

Quant à la Flandre, elle investit. Sur 2250 bus, il y en aura 720 hybrides d'ici 2025, soit plus de 30%. Mais surtout, tous les bus qui circuleront uniquement dans les centres-villes seront, eux, tous 100% électriques.

Des opportunités pour les constructeurs

L'électrique, c'est clairement l'avenir du transport en commun. Plusieurs marques comme par exemple Mercedes ont déjà développé de modèles mais le problème reste à chaque fois le même : il faut faire un choix dans la technologie à adopter. "Électricité qui vient d'une batterie, électricité produite par l'hydrogène ou électricité qui vient du trolley, donc du réseau électrique", détaille Dirk Snauwaert. Mais pour les constructeurs, "il y aura plusieurs opportunités, ça c'est sûr et certain".

Vos commentaires