En ce moment
 
 

Coronavirus en Belgique: voici les produits que les supermarchés ne pourront plus vendre dès lundi

 
CORONAVIRUS
 

Les supermarchés et autres magasins essentiels qui pourront rester ouverts à partir de lundi ne pourront pas vendre des produits qui sont proposés dans d'autres magasins qui, eux, devront fermer leurs portes à la suite des mesures pour lutter contre l'épidémie de coronavirus. Ces produits peuvent par contre y être livrés ou emportés après avoir été commandés.

L'arrêté ministériel contenant les nouvelles mesures de lutte contre le coronavirus a été publié au Moniteur belge. Ces mesures prendront effet ce lundi 2 novembre à minuit et pour une durée de six semaines, en principe jusqu'au 13 décembre. Elles prévoient notamment la fermeture des commerces non-essentiels pour au moins un mois et l'obligation de recourir au télétravail lorsque cela est possible.

Cet arrêté précise également les produits que ne pourront plus vendre les supermarchés à partir de lundi. Le but: éviter toute concurrence déloyale des grandes surfaces envers les petits commerçants contraints de rester fermés. 

À partir de lundi, voici ce que les supermarchés ne pourront plus vendre:

- des meubles

- des meubles de jardin

- des barbecues

- des grands ustensiles de cuisine

- des chauffages mobiles

- des articles de décoration à l'exclusion des bougies

- des articles de multimédia, d'électro, de jeux,

- des vêtements

- des chaussures

des accessoires télécom

- des bijoux,

- des articles de cuir,

- des articles de sport

"Ces biens dans les établissements ouverts doivent être rendus inaccessibles au public et peuvent seulement être livrés ou emportés après avoir été commandés ; les magasins de bricolage peuvent uniquement vendre des matériaux pour réaliser des travaux dans la maison ou dans le jardin", précise l'arrêté. 

Sur le plateau de C'est pas tous les jours dimanche, le ministre des Classes moyennes, des Indépendants, des PME, David Clarinval a assuré que des enseignements ont été tirés du premier confinement débuté au mois de mars. Ainsi, "la liste des commerces pouvant rester ouverts", ont été élargis par rapport à la première vague, explique le ministre. Il est également possible pour les commerces de proposer à leurs clients un service de commande et de retrait sur place, si la collecte se fait à l'extérieur du magasin. "Ce 'click & collect' vient en plus du droit passerelle doublé (le doublement des montants du droit passerelle de crise a été accordé le 25 octobre dernier, ndlr), ce qui leur permettra d'avoir un peu de trésorerie", estime David Clarinval. "Évidemment moins que s'ils étaient restés ouverts", concède-t-il toutefois.

Petits commerçants et grandes surfaces sur la même ligne

Plusieurs téléspectateurs ont soulevé un fait qu'ils estiment être une injustice, comme Michel qui se demande : "Les magasins non essentiels doivent fermer mais les grandes surfaces peuvent vendre des souliers, etc. Est-ce normal ?" 

Comme le ministre de la Santé Franck Vandenbroucke samedi, David Clarinval a enfin appelé les Belges à ne pas se ruer dans les magasins avant leur fermeture. "Soutenez nos commerçants en allant faire de la réservation de colis et en allant les chercher dans les jours qui viennent. Ne vous agglutinez pas aujourd'hui, ça n'a pas de sens. Il y aura la possibilité d'accéder à tous les produits".

COVID 19 en BELGIQUE: où en est l'épidémie ce dimanche 1 novembre?

 




 

Vos commentaires