En ce moment
 
 

Le premier Sommet francophone de la Migraine se tiendra le 11 septembre

Le premier Sommet francophone de la Migraine se tiendra le 11 septembre
 
 

(Belga) Le premier sommet francophone de la migraine se tiendra, en ligne et accessible à tous, le samedi 11 septembre, veille de la journée européenne d'action contre la migraine, a annoncé mercredi l'association française organisatrice "La voix des migraineux". Selon la fédération française de neurologie, environ 20% de la population adulte sont touchés par cette pathologie, avec une nette prédominance féminine (un ratio de trois femmes pour un homme).

L'événement sera l'occasion de faire le point sur les traitements actuels et futurs liés à cette maladie très invalidante, mais aussi et surtout de sensibiliser tant les autorités publiques, que les migraineux eux-mêmes, sur ce vrai problème sociétal de santé. "Nous parlons quand même de 45 millions de francophones touchés par cette maladie. Pourtant elle reste peu connue, parce que le terme est utilisé à tort et à travers pour désigner tout type de mal de tête, et que ce sont essentiellement des femmes qui sont touchées, ce qui a poussé à minimiser le problème. Les idées reçues ont la vie dure et on nous accuse souvent de simple paresse ou d'être trop douillets", explique Sabine Debremaeker, présidente de l'association, elle-même impactée par la maladie. Pour les patients atteints de migraines chroniques, c'est plus d'un jour sur deux qui sont impactés par la pathologie (on parle de migraines chroniques à partir de 15 jours par mois, sans compter les prémices et conséquences des crises), avec des conséquences allant au-delà de la simple douleur cérébrale. Nécessité d'isolement, nausées, stress, dépression, incidences sur la vie privée et professionnelle (etc.) sont ainsi le lot des patients atteints. "Deux types de traitement existent : ceux de crise, pour bloquer la crise quand elle provient (anti-inflammatoires, stéroïdiens) et ceux de fond, préventifs qui tendent à remonter le seuil de tolérance du cerveau aux crises. Jusqu'ici on parlait surtout d'usage d'antidépresseurs, ou d'antiépileptiques. Mais on observe des avancées, notamment au niveau des traitements basés sur des anticorps anti-cgrp (molécule liée à la douleur des migraines) dont les médicaments ne sont pas encore remboursés en France", détaille le neurologue Jérôme Mawet de l'hôpital Lariboisière à Paris. En Belgique, deux de ces traitements antimigraineux préventifs (Ajovy et Emgality) sont admis au remboursement depuis le 1er juillet 2021, tandis que le Aimovig l'était déjà depuis le 1er juin. Trois spécialistes de la migraine seront présents lors du sommet de ce weekend, qui sera diffusé en direct sur le site de l'association www.lavoixdesmigraineux.fr à 14h30. (Belga)


 




 

Vos commentaires