En ce moment
 
 

Le Margiris, un bateau de pêche géant, navigue en mer du Nord: pêcheurs et ONG l'accusent de décimer les fonds marins

Le Margiris, un bateau de pêche géant, navigue en mer du Nord: pêcheurs et ONG l'accusent de décimer les fonds marins
© Divers

Depuis le début du mois, un chalutier hors normes navigue dans la mer du Nord, au large de l'Angleterre. Le Margiris, c'est son nom, est un des plus gros bateaux de pêche au monde. Il peut traiter 250 tonnes de poissons par jour. Des ONG environnementales l'accusent de décimer les fonds marins.

C'est une véritable usine sur l'eau. Le Margiris est le deuxième plus gros bateau de pêche au monde. Depuis 2 semaines, il a fait son apparition dans les eaux de la Manche. Son arrivée n'est pas passée inaperçue auprès des pêcheurs français. "C'est complètement inadmissible de laisser naviguer un bateau de cette taille dans cette zone. C'est des bateaux qui travaillent en moyenne 250 tonnes par jour. Il faut savoir que sur un chalutier plus petit, j'ai 60 tonnes pendant l'année", explique Olivier Lepetre, président du Comité régional de pêche de Haute-France.

Ils vont mettre en danger le reste de l'écosystème

Les capacités de pêche du Margiris sont à la mesure de ses dimensions, hors normes: 143 mètres de long, l'équivalent de 14 navires de pêche mis les uns derrière les autres.

 

"Ils vont mettre en danger le reste de l'écosystème parce que leurs filets vont pouvoir prendre d'autres espèces: dauphins, tortues ou d'autres espèces de poissons", commente Christian Michel, professeur en océanographie à l'Université de Liège.

Déjà interdit à plusieurs endroits du monde

Sur le Margiris, les poissons sont directement congelés à son bord. Propriété d'une société néerlandaise, cela fait plusieurs années que ce géant des mers fait des vagues. Ce mastodonte a déjà été interdit au large de l'Afrique, de l'Australie, du Chili et de l'Irlande.

"Ils essaient un peu partout, le temps qu'on se rende compte qu'ils sont là, qu'ils détruisent, et qu'il y ait des mesures qui soient prises pour réglementer son passage, voire de purement et simplement l'interdire", indique Christian Michel, de l'Université de Liège.

En cas de Brexit, la Grande-Bretagne pourrait aussi l'interdire, ce que l'Europe n'a pas encore décidé. Le Margiris pourrait donc débarquer au large de la France, à quelques kilomètres des côtes belges.

Vos commentaires