En ce moment
 
 

Jean est l'un des ouvriers de Thy-Marcinelle qui ont reçu 30.000€ en trop sur leur salaire: "Des personnes ont déjà dépensé l'argent"

 
 

Les 230 ouvriers de l'aciérie de Thy-Marcinelle ont reçu, par erreur, une prime d'environ 30.000 euros. Une erreur de comptabilité que la direction veut, évidemment, réparer. Elle demande donc aux ouvriers de rembourser ces sommes indûment perçues. Le problème, c'est que certains travailleurs ont déjà dépensé une partie de l'argent.

Grosse surprise pour les ouvriers d'une usine de Charleroi. Ils ont eu le sourire en découvrant leur compte en banque. Vendredi dernier, ils ont reçu leur salaire, mais comme on peut le lire dans les éditions du jour de Sudpresse, ce salaire était un peu plus conséquent que d'habitude. Un virement de plus de 30.000 euros. Un fameux cadeau à la place d'un salaire habituel de 1.600 euros pour certains ouvriers de Thy-Marcinelle.

C'est toujours dans les alentours de 30.000 euros, à chaque ouvrier

Nous avons rencontré Jean (prénom d'emprunt), un des travailleurs concernés. Il a accepté de témoigner à visage caché. Ouvrier à Thy-Marcinelle depuis plus de dix ans, il s'est rendu compte que plus de 200 collègues étaient dans la même situation. "Je me suis dit 'Ben... c'est sûrement pas normal'. Je suis arrivé à l'usine le lendemain parce que je fais douze heures tous les jours. Des collègues m'ont dit ce qu'ils avaient reçu, certains ont reçu un peu plus, d'autres un peu moins, mais c'est toujours dans les alentours de 30.000 euros, à chaque ouvrier", indique-t-il.

Par prudence, Jean n'a pas dépensé un centime de ce montant perçu par erreur. Mais ce n'est pas le cas d'autres collègues. "D'après ce que j'ai entendu, donc je ne peux pas le confirmer. Il y a des personnes qui ont déjà dépensé l'argent. Des personnes qui étaient en médiation, des personnes qui avaient des dettes, des personnes qui avaient des huissiers, des saisies sur salaire... tous ça, ça va perturber un peu les comptes de récupération, les comptes des gens", confie Jean.

Une erreur de calcul

Comment est-ce possible? Les travailleurs devaient en fait recevoir une prime de 100 euros. Mais, au lieu de cela, ce sont leurs heures de travail qui auraient été multipliées par 100 et qui auraient donné cette somme faramineuse. Beaucoup d'ouvriers ont rapidement compris qu'il s'agissait d'une erreur et n'ont pas touché à l'argent puisqu'ils vont évidemment devoir rembourser le surplus.

Mais il y a un problème: certains ont déjà dépensé une partie du versement. Ils sont allés au casino ou ont remboursé leurs dettes. Bref, difficile dans ces conditions de rendre l'argent à l'entreprise. Ils devront trouver un accord avec leur employeur pour éviter que la justice ne s'en mêle.


D'après la loi, ils doivent rembourser

La loi est cependant très claire dans ce genre de cas: peu importe qu'il s'agisse d'une erreur ou de mauvaise foi, un montant indûment perçu doit être remboursé entièrement. Et pour ceux qui auraient déjà dépensé l'argent, pas d'exception à la règle. "Même s'ils peuvent invoquer, et cela semble douteux, qu'ils étaient de bonne foi et qu'ils croyaient réellement avoir droit à cette prime. Cela ne change rien à l'obligation de rembourser. Maintenant, la possibilité existe de demander des délais de paiement. En principe, à partir du moment où ils ont reçu une mise en demeure, il y a des intérêts qui courent, actuellement c'est au taux d'intérêt légal, qui est de 2% par an", explique Etienne Piret, avocat spécialisé en droit du travail.


Jean hésite encore à rembourser

Les ouvriers devraient recevoir cette semaine un courrier de l'entreprise leur demandant de rembourser la somme indûment perçue. Jean, de son côté, avoue ne pas avoir envie de rendre l'argent, et envisage de consulter un avocat. "Quand on reçoit une telle somme sur son compte, on pense déjà à rembourser ses dettes, à partir en vacances, à acheter des voitures... vous voyez... Donc on ne pense pas à les rendre. C'est pour tout le monde je pense", confie-t-il.


 




 

Vos commentaires