En ce moment
 
 

Le magasin Colruyt de Herve est en grève: les employés "à bout" veulent récupérer les avantages corona

Le magasin Colruyt de Herve est en grève: les employés
 
CORONAVIRUS
 

Un mouvement de grève touche les travailleurs du groupe Colruyt Liège Est, a-t-on appris via le bouton orange Alertez-nous. Le magasin de Herve est fermé, confirme la chaîne de grande distribution.

Le Colruyt de Herve, qui emploie environ 35 personnes, n’a pas ouvert ses portes ce matin. "Le personnel est à bout et aimerait qu'on le prenne au sérieux. Des membres de cinq magasins sont présents", confie un employé.

Des conditions de travail "toujours aussi dures"

Les travailleurs aimeraient bénéficier à nouveau des avantages "corona", mesures décidées au plus fort de la crise et prises jusqu’au 30 juin. A savoir, l’augmentation de quatre euros des chèques repas, pour un montant total de 7 euros 54 par jour et l’ajout d’une demi-heure de récupération par jour presté. Marc Gerarts, employé au Colruyt de Verviers et délégué syndical SETCa pour la région verviétoise, explique le point de vue de ces travailleurs : "Les cas de coronavirus augmentent et les conditions sont toujours aussi dures : port du masque, désinfection des caddies, etc. C’est pourquoi les employés voudraient récupérer ces avantages".

Le personnel a aussi des interrogations par rapport à la sécurité : "Les mesures sont de plus en plus strictes dans plein de secteurs, mais dans la grande distribution, c’est de plus en plus laxiste : plus de limitations de temps ou du nombre de personnes,...", indique Marc Gerarts. Les travailleurs voudraient être plus écoutés par rapport à ces problématiques.

La direction regrette "ce mouvement local"

D’après le délégué syndical, d’autres magasins de l’enseigne pourraient se joindre au mouvement.

Le groupe Colruyt a réagi et dit "regretter ce mouvement local, sans que les procédures en matière de conflit social ne soient suivies et dans le contexte d’élections sociales à venir". La chaîne de grande distribution avance également "que les avantages éventuels liés à la crise du coronavirus devraient être négociés au niveau sectoriel, s’agissant d’une problématique nationale".

 




 

Vos commentaires