Trois jeunes SDF dont Laurence, enceinte de 4 mois, dormaient dehors à Jemeppe-sur-Meuse: un toit leur a été trouvé

Trois jeunes SDF dont Laurence, enceinte de 4 mois, dormaient dehors à Jemeppe-sur-Meuse: un toit leur a été trouvé

Le vortex polaire produit ses effets et ceux-ci vont aller croissant dans les jours prochains. Les températures sont négatives et le froid va encore s'accroître. On se calfeutre chez soi, bien au chaud, on se sent à l'abri et on profite, derrière le confortable double vitrage de sa fenêtre, du beau soleil qui brille dans le ciel. Mais pour certains, en ce mois de février 2017, le ciel équivaut à un empilement de couvertures sous lesquelles on se réfugie pour passer la nuit... dehors.


Ils dormaient dans une aubette devant la gare de Jemeppe-sur-Meuse

Laurence, Julien et Cédric ont été aperçus samedi dernier dans une aubette de la gare de Jemeppe-sur-Meuse dans la commune de Seraing. Une femme s'apprêtait à prendre un train le matin lorsqu'elle a deviné des gens sous un amas de couvertures. Elle a prévenu un ami, Benoit, 50 ans, lui-même ancien SDF et sorti de la rue il y a dix ans. Depuis, il  apporte de l'aide à ceux qui vivent aujourd'hui ce qu'il a traversé hier. Le soir-même, Benoit est parti au devant des trois démunis avec de la soupe chaude. Ils s'étaient établis ici depuis une semaine. Il y avait Cédric, né en 1982, et puis un couple, Laurence, 31 ans, et Julien, 30 ans. "Ils se sont rencontrés il y a un an, sans doute dans la rue dans laquelle ils venaient juste de tomber", pense Benoit. Le ventre de Laurence est arrondi, il dévoile un futur. La jeune femme est en effet enceinte de 4 mois. Une future mère qui passe la nuit dehors par ces températures glaciales.


Appel à l'aide sur Facebook

Benoit a lancé un appel à l'aide sur Facebook. Celui-ci s'est rapidement propagé. Dans le même temps, une autre personne, Djamila, déclare avoir aidé spontanément les trois SDF. "J'ai été leur apporter du bouillon, ils étaient tous les deux en larmes. On a demandé à ce qu'ils puissent manger à l'intérieur de la station-service", raconte-t-elle. Elle dit avoir pris contact avec "l'équipe de Cédric Zachariou" (NDLR: Cédric Zachariou est un "blogueur bruxellois" controversé, interpellé il y a quelques jours pour avoir diffusé sur les réseaux sociaux une vidéo dans laquelle il brûle le livre de l'avocat de Marc Dutroux) qui a pu trouver un logement. En effet, ce vendredi, un toit temporaire a été trouvé: un mobil home à Hastière.

Je les accompagne au CPAS pour leur obtenir une adresse de référence afin qu'ils puissent récupérer leurs droits

"Il y a de plus en plus de gens à la rue", observe Benoit qui oeuvre dans la région de Liège. Encore récemment, il a rencontré deux jeunes de 18 ans partis de chez eux. "Une association a hébergé le premier dans une auberge, l'autre a trouvé un logement chez un copain", dit-il. Benoit cherche des logements, une tâche difficile. Il nous confie avoir encore rencontré 21 propriétaires dont aucun ne voulait abriter des gens de la rue. L'homme ne ressent aucune colère et n'adresse aucun reproche, déclarant pouvoir comprendre la crainte de ces propriétaires. L'ancien sans abri apporte aussi son soutien dans les essentielles démarches administratives. "Je les accompagne au CPAS pour leur obtenir une adresse de référence afin qu'ils puissent récupérer leurs droits. Certains n'osent même pas franchir la porte du CPAS", raconte-t-il. Selon lui, il faut agir rapidement lorsque des gens finissent dans la rue. "Il faut les aider au début car après ils tombent souvent dans la drogue et on les perd", dit-il.


"On ne lâche rien"

Ce vendredi en fin de journée, Benoit et des dizaines d'autres personnes se réjouissaient que Laurence, Julien et Cédric aient trouvé un toit alors que les nuits vont continuer de se refroidir jusqu'à des températures annoncées à -10°C et moins encore en début de semaine prochaine. "Et on ne lâche rien pour les autre amis de la rue qui cherchent toujours un logement", concluait Benoit.

Vos commentaires