En ce moment
 

Frayeur à Monaco: Charles Leclerc crashe un Ferrari de 1974 et se fait consoler par le Belge Jacky Ickx (vidéo)

Frayeur à Monaco: Charles Leclerc crashe un Ferrari de 1974 et se fait consoler par le Belge Jacky Ickx (vidéo)
©AFP
 
Ferrari
 

Calé entre l'E-Prix de Monaco, au début du mois, et le Grand Prix de Formule 1 dans quinze jours, le Grand Prix Historique de Monaco bat son plein ce week-end. Réunissant des monoplaces anciennes, la course avait aussi plusieurs invités de prestige ce dimanche, à commencer par le pilote Ferrari (et local de l'étape), Charles Leclerc.

Le pilote de 24 ans courait dans une Ferrari de 1974 dans laquelle avait roulé Niki Lauda. Malheureusement pour lui, son tour de démonstration s'est terminé dans le rail au niveau du virage de La Rascasse, faisant quelques dégâts au niveau de l'arrière de la Ferrari 312 B3, comme le rapporte le site spécialisé motorsport.com.Celui qui occupe actuellement la tête du Championnat du monde de Formule 1 a tout de même pu ramener la monoplace à bon port, mais s'en voulait d'avoir connu pareille mésaventure. 

Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux et le partenaire 'twitter' pour afficher ce contenu.

De retour dans les padocks, Leclerc a croisé Jacky Ickx. La légende belge de l'automobile était l'un des invités de prestige de cet événement. 

Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux et le partenaire 'twitter' pour afficher ce contenu.

"J'ai perdu les freins. J'ai perdu les freins !", a-t-il lâché. "J'ai freiné, la pédale était dure, et elle est partie au plancher. J'ai eu de la chance de l'avoir à ce moment-là, parce que si je l'avais eu à un autre endroit, ce n'était pas bon."

"Je sais. Ne t'inquiètes pas", lui a répondu le Belge en le prenant dans ses bras. "Non mais l'inquiétude... Le problème, c'est que j'ai pris peur. Je suis [pourtant] arrivé normalement dans le virage", a conclu Charles Leclerc.

L'an dernier, après avoir signé une brillante pole position, il n'avait pas pu prendre le départ à cause d'un problème technique consécutif à un crash en toute fin de séance. En 2018 avec Sauber et en 2019 avec Ferrari, il n'a jamais pu voir l'arrivée, terminant à chaque fois sa course à domicile par un accident synonyme d'abandon. Il tentera de conjurer le sort dans deux semaines pour l'édition 2022, mais il faudra avant cela faire escale à Barcelone pour le Grand Prix d'Espagne la semaine prochaine. 


 

Vos commentaires