Accueil Actu

Chucho Valdès, au panthéon du jazz afro-cubain et à la Philharmonie de Paris

Le pianiste cubain Chucho Valdès est considéré comme un dieu vivant du jazz afro-cubain, qu'il a amené dans une autre dimension: il fête ses 80 ans à la Philharmonie de Paris, où de grands noms de la musique rendront hommage à ce musicien.

"Il est une de mes idoles. Je me rappelle toujours quand Chucho est venu jouer pour nous, j'avais 8 ans et j'étais en première année de l'école de musique à Cuba. Je suis tombé amoureux de lui, du jazz", se souvient le pianiste cubain Harold Lopez-Nussa, son cadet de quarante-deux ans.

"Il a joué un blues avec tellement de swing et de simplicité, avant de partir dans son univers. Nous étions tous transportés", poursuit le pianiste, invité avec d'autres musiciens à célébrer les 80 ans de cette légende du jazz, à la Philharmonie de Paris, de vendredi à dimanche.

Ignacio Cervantes, Ernesto Lecuona, Ruben Gonzalez, Bebo Valdès, idoles du piano jazz afro-cubain, sont aujourd'hui décédés.

"Pour moi, la référence aujourd'hui, c'est lui. Irakere (formation montée par Chucho Valdès en 1973), puis son quartette et son trio ont inspiré les musiciens cubains qui font du jazz aujourd'hui. Bien qu'encore vivant, il appartient déjà à l'histoire musicale de notre pays", déclare Harold Lopez-Nussa. "Une super star à Cuba", ajoute-t-il.

- Irakere, tremplin vers la gloire -

"Peu nombreux sont les pianistes et compositeurs qui côtoient actuellement de telles cimes", écrit Eric Delhaye, journaliste, dans la biographie actualisée consacrée à ce musicien.

Chucho Valdès appartient à une dynastie de musiciens. Il a bénéficié de l'enseignement de son père, Bebo, et du système d'apprentissage mis en place à Cuba par le régime castriste au début des années soixante.

Il se destinait à l'enseignement de la musique mais il va finalement mettre son talent et son bagage technique exceptionnel au service du jazz, qu'il découvre en fréquentant le Club Tropicana et d'autre cabarets de La Havane où se produit le paternel.

En 1964, il fonde El Combo de Chucho Valdès, sa première formation où figure un musicien qui le suivra pendant une partie de sa carrière et sera présent à la Philharmonie: le saxophoniste Paquito D'Rivera.

En 1973, Chucho Valdès fonde Irakere --contrairement à son père, il a choisi de rester dans le Cuba castriste--. A la tête de cet orchestre, ses talents de pianiste, d'arrangeur et de compositeur s'épanouissent pendant deux décennies, et sa réputation prend une dimension internationale.

Au sein de cette formation, il élabore une combinaison brillante de jazz et de rythmes cubains. Avec le désir de ne jamais sacrifier l'émotion sur l'autel de la virtuosité.

- Au carrefour d'influences -

"Avec Irakere, il jouait à la fois du jazz et des musiques populaires, dans les carnavals, les fêtes", dit Harold Lopez-Nussa.

"A Cuba, la musique savante et la musique populaire s'interpénètrent dans un mouvement de métissage et d'invention permanents", souligne pour l'AFP Fabrice Hatem, ancien rédacteur en chef de la revue de tango La Salida et animateur d'un blog spécialisé dans les cultures de l'arc caribéen.

Après Irakere, Chucho multiplie les plus petites formations. Le jeu d'un musicien pouvant passer d'une bourrasque de notes à un délicat bolero ou une sonate de Bach rythmée par les tambour bata, s'étoffe encore.

Sollicité, il peut aussi bien accompagner Charles Aznavour que se mesurer au saxophoniste Archie Shepp, l'un des pères du free jazz afro-américain, dont il revendique aussi l'influence dans sa musique polymorphe.

"Chucho, il est le plus virtuose du monde et en même temps le plus touchant, il peut jouer 24.000 notes en une minute ou une ou deux, tout ce qu'il joue dégage de l'émotion", admire Harold Lopez-Nussa.

À lire aussi

Sélectionné pour vous