Accueil Actu Magazine Science & Nature

La demande en énergies fossiles n'a jamais été aussi élevée qu'en 2023

La demande mondiale en énergies fossiles, et plus particulièrement en pétrole et en charbon, a atteint un niveau sans précédent en 2023, propulsant les émissions de CO2 du secteur énergétique vers un nouveau record, ressort-il d'un rapport publié jeudi par l'Energy Institute. Si la production d'énergie renouvelable a connu une forte croissance, elle est largement neutralisée par la hausse de la demande énergétique en provenance des pays du Sud.

L'année dernière, la consommation énergétique mondiale a progressé de 2% pour atteindre 620 exajoules (EJ). Bien que la part relative des combustibles fossiles ait légèrement diminué, passant de 81,9% à 81,5%, leur consommation en valeur absolue a atteint un niveau inédit. Cette demande accrue a largement annulé la croissance importante des énergies renouvelables, telles que le solaire et l'éolien (+67%). Ainsi, la part des renouvelables n'a augmenté que de 0,4 point de pourcentage, atteignant 14,6%. En incluant l'énergie nucléaire, la part des sources d'énergie à faible émission de carbone s'est élevée à 18%.

En outre, la demande de pétrole a franchi pour la première fois le cap des 100 millions de barils par jour, tirée par la reprise économique post-Covid en Chine. De même, la production et la consommation de charbon ont atteint des niveaux record, la baisse observée en Europe et aux États-Unis étant compensée par une demande accrue de la Chine et de l'Inde.

Ces données sont préoccupantes pour la lutte contre le changement climatique puisque l'augmentation de la production et de la consommation de combustibles fossiles polluants a propulsé les émissions de CO2 du secteur énergétique au-delà des 40 gigatonnes, une première. Or, une étude récente estime à 200 gigatonnes le budget carbone restant pour contenir le réchauffement climatique à 1,5°C. Au rythme actuel, ce budget sera épuisé avant 2030.

À lire aussi

Sélectionné pour vous