En ce moment
 
 

Grand Baromètre: le PTB, grand vainqueur politique de la crise Covid?

 
Grand baromètre
 

Jamais le PTB n’avait été aussi haut en Wallonie et à Bruxelles, dans toute l’histoire du Grand Baromètre, le sondage politique RTL INFO - Le Soir réalisé par Ipsos.

Avec 19% d’intentions de vote (la question posée à un échantillon représentatif de la population belge: si les élections avaient lieu demain, pour quel parti voteriez-vous ?) en Wallonie, le PTB assoit sa troisième place, derrière le PS et le MR, les deux grands partis dont il est désormais tout proche. A Bruxelles aussi, le PTB enregistrerait son meilleur score, si on votait demain pour les élections fédérales : 16%. Derrière, on retrouve Ecolo dont le leadership s’érode, le PS et le MR, les 4 partis séparés d’à peine deux points. Enfin, le PVDA, l’aile flamande du PTB, est en progression aussi, par rapport à son score des dernières élections, et son score de décembre : 8,2% d’intentions de vote.

En Flandre, le score du Vlaams Belang continue de se réduire légèrement. La N-VA se stabilise à 20%, niveau bas par rapport à un score électoral déjà en recul, en 2019.

GRAND BAROMÈTRE: LES RÉSULTATS

INTENTIONS DE VOTE

Si de nouvelles élections fédérales avaient lieu dimanche prochain, pour quel parti voteriez-vous?

WALLONIE

grd-baro-intenvions-wl

Entre parenthèses: le résultat lors du sondage précédent de décembre.

La marge d’erreur théorique maximale est de +/- 3,4.

PS 22,8 (23,2)
MR 20,1 (20,6)
PTB 19 (17,2)
Ecolo 16,5 (15,6)

cdH 8,7 (10,3)
DéFI 3,9 (3,7)
Autre 9 (9,4)

Les pourcentages sont calculés sur base des répondants qui ont exprimé une intention de vote pour un parti, soit 839 personnes sur les 958 personnes interrogées en Wallonie (88%). Les réponses "ne votera pas", "votera blanc" et "ne veut vraiment pas répondre" représentent 12% des personnes interrogées.

BRUXELLES

grd-baro-intenvions-bxl

Entre parenthèses: le résultat lors du sondage précédent de décembre.

La marge d’erreur théorique maximale est de +/- 4,3.

Ecolo 18,2 (19,5)
PS 16,8 (16,8)
MR 16,4 (15)
PTB - PVDA 16 (15,1)
DéFI 11,4 (11,5)

cdH 4,5 (5)
Vlaams Belang 3,2 (3,7)
N-VA 2,9 (4,9)
Open Vld 2,8 (1,9)
Groen 2,4 (2,8)
sp.a 1,1 (1,4)
Autre

Les pourcentages sont calculés sur base des répondants qui ont exprimé une intention de vote pour un parti, soit 515 personnes sur les 557 personnes interrogées à Bruxelles (92%). Les réponses "ne votera pas", "votera blanc" et "ne veut vraiment pas répondre" représentent 8% des personnes interrogées. 

FLANDRE

grd-baro-intenvions-fl

Entre parenthèses: le résultat lors du sondage précédent de décembre.

La marge d’erreur maximale est de +/- 3,2.

Vlaams Belang 23,6 (26,3)
N-VA 20 (19,9)

CD&V 13,2 (12,4)
Open Vld 12,9 (12)
sp.a 12,3 (13,6)

Groen 8,2 (8,1)
PVDA (PTB en Flandre) 8,2 (6,5)
Autre 1,6

Les pourcentages sont calculés sur base des répondants qui ont exprimé une intention de vote pour un parti, soit 938 personnes sur les 1006 personnes interrogées en Flandre (93%). Les réponses "ne votera pas", "votera blanc" et "ne veut vraiment pas répondre" représentent 7% des personnes interrogées. 

Si on revotait demain: nationalistes flamands et communistes en force à la chambre

Si on revotait demain, le gouvernement Vivaldi aurait une majorité un peu plus étriquée à la chambre (83 sièges au lieu de 87 actuellement).

Le Vlaams Belang (22) et N-VA (20) représenteraient, ensemble, la plus grande force politique de la chambre.

La N-VA est le parti qui chuterait le plus (-5 élus) par rapport aux élections. Et c’est le PTB/PVDA qui progresserait le plus (19 élus, soit 7 élus supplémentaires par rapport aux élections), devant le Vlaams Belang (22 élus, + 4). Ensemble, les partis populistes (VB + PTB) totaliseraient 41 élus.

La famille socialiste perdrait un élu (27), et serait talonnée par les libéraux (26 députés), les écologistes seraient 2 députés de moins. La famille centriste perdrait 2 parlementaires.

TOP 3 DE POPULARITÉ

grd-baro-triple-podium

WALLONIE

Voici une série de personnalités politiques. Pour chacune d'elles, voulez-vous indiquer si vous souhaitez la voir jouer un rôle important ou pas dans les prochains mois ?

1. Sophie Wilmès (1)
2. Alexander De Croo (2)
3. Paul Magnette (3)

Par qui vous sentez-vous le mieux représenté aujourd'hui ?

1. Sophie Wilmès (1)
2. Raoul Hedebouw (4)
3. Paul Magnette (3)

BRUXELLES

Voici une série de personnalités politiques. Pour chacune d'elles, voulez-vous indiquer si vous souhaitez la voir jouer un rôle important ou pas dans les prochains mois ?

1. Sophie Wilmès (1)
2. Alexander De Croo (2)
3. Paul Magnette (3)

Par qui vous sentez-vous le mieux représenté aujourd'hui ?

1. Sophie Wilmès (1)
2. Alexander De Croo (2)
3. Raoul Hedebouw (3)


FLANDRE

Voici une série de personnalités politiques. Pour chacune d'elles, voulez-vous indiquer si vous souhaitez la voir jouer un rôle important ou pas dans les prochains mois ?

1. Alexander De Croo (1)
2. Bart De Wever (2)
3. Frank Vandenbroucke (3)

Par qui vous sentez-vous le mieux représenté aujourd'hui ?

1. Alexander De Croo (1)
2. Bart De Wever (2)
3. Conner Rousseau (4)

Qui sont les bénéficiaires de la crise?

Le PTB bénéficie plus de la crise que le Vlaams Belang. Le parti d’extrême droite flamand est toujours donné premier parti du pays si on revotait demain. Mais c’est plutôt l’autre extrême, la gauche radicale, qui profite réellement de la pandémie. Le Vlaams Belang a surtout engrangé des intentions de voix dans l’année de crise politique, qui a suivi les élections. Alors que depuis le début de la pandémie, son score s’érode un petit peu à chaque nouveau sondage. Le PTB, lui, après avoir connu un creux lors du premier confinement, semble avoir profité du désarroi social d’une partie de la population lors du reconfinement d’automne.

Un "effet Vandenbroucke" est à signaler pour le SP.A, le parti socialiste flamand. Que ce soit pour les scores de son parti ou son score personnel, Frank Vandenbroucke, très exposé durant cette crise, sort très clairement gagnant de cette année de crise. Son parti était donné en recul dans nos sondages avant mars 2020. Depuis, le phénomène s’est inversé : depuis un an, à chaque sondage, le SP.A dépasse son score des élections de 2019. Pour ce qui est de la popularité du ministre socialiste, il a fait son entrée dans le classement directement sur le podium en Flandre et ne l’a plus quitté. Côté francophone, son ascension est constante : de la 15ème place au début de l’automne, il s’est installé au pied du podium.

La "popularité Wilmès" est aussi enregistrée. A l'inverse de Frank Vandenbroucke, cette popularité lui bénéficie surtout à elle. La grand messe des conseils nationaux de sécurité a donc également profité à celle qui a été Première ministre pendant la moitié de cette année de pandémie. Sophie Wilmès a été propulsée personnalité préférée des francophones dès le premier sondage de cette période covid, en juin. Depuis, elle a quitté son poste rue de la Loi, mais pas la première place des podiums wallon et bruxellois.

Palmarès d'impopularité

Parfois, l’un des plus populaires d’un côté de la frontière linguistique est aussi le plus impopulaire de l’autre côté du pays. C’est le cas de Bart De Wever, président de la N-VA. Deuxième personnalité préférée des flamands, alors que côté francophone, c’est d’abord lui que vous ne voulez surtout pas voir jouer un rôle dans les prochains mois. Et à une forte majorité : 2/3 des sondés francophones.

Même curieux effet miroir pour Sophie Wilmès : elle est la personnalité préférée des Wallons et des Bruxellois, mais elle se retrouve dans le top 3 d’opinions défavorables en Flandre.

Au Nord du pays, c’est toujours le leader d’extrême droite Filip Dewinter qui occupe la délicate position de personnage le plus impopulaire.

 




 

Vos commentaires