En ce moment
 
 

Remplacer le nucléaire par des centrales au gaz, bonne ou mauvaise idée? Les explications de Zakia Khattabi

 
 

Zakia Khattabi était l'invitée de Pascal Vrebos ce dimanche sur RTL TVI. La ministre fédérale du Climat, de l’Environnement, du Développement durable (Ecolo) a notamment été interrogée sur le projet de fermeture des centrales nucléaires. Est-ce réaliste sans mettre en danger l'approvisionnement en électricité du pays? Est-ce vraiment une bonne idée d'ouvrir des centrales au gaz pour les remplacer?

Pascal Vrebos: Stop définitif aux centrales nucléaires, a dit Paul Magnette avec véhémence. Georges-Louis Bouchez, MR, vient de dire le contraire ce week-end. Il est impossible de fermer les deux centrales en 2025. D'un côté, Magnette dit que le débat est clos. Bouchez dit que le débat est ouvert. Pour vous, il est clos ou mi-clos?

Zakia Khattabi: Le débat sera clos quand le gouvernement aura pris sa décision sur base du rapport que la ministre Tinne Van der Straeten (ndlr: en charge de l'Energie) va mettre sur la table. Et l'un et l'autre ont sans doute des éléments que ni vous ni moi n'avons.

Pascal Vrebos: Vous n'avez pas, vous, une conviction?

Zakia Khattabi: Ma conviction est que l'accord de majorité a été clair. Nous avons confirmé la fermeture moyennant la sécurité d'approvisionnement.

Pascal Vrebos: Mais est-ce qu'il y aura assez de sécurité d'approvisionnement?

Zakia Khattabi: Les offres qui sont sur la table semblent répondre à ce critère-là. Donc oui, on verra la décision du gouvernement, mais vraisemblablement les signaux qui sont là permettent de dire que oui, on s'oriente vers la fermeture.

Pascal Vrebos: Mais quand même, pour le citoyen lambda ce n'est pas évident de se faire une idée. On parle beaucoup des centrales à gaz. Elles ne font pas l'unanimité, même pas chez les écologistes. On dit que ça provoque beaucoup de CO2. Comment expliquer au citoyen qui a des doutes alors que Van Ypersele, le climatologue très proche de vous, dit que les centrales au gaz ne sont pas la meilleure manière de décarboniser, c'est mauvais. Comment voulez-vous qu'on se fasse une idée?

Zakia Khattabi: On se fait une idée en mettant sur la table des faits objectifs. Le premier fait, c'est oui les centrales à gaz sont plus polluantes. Ça c'est un. Deux, la comptabilité des émissions en matière de production énergétique se fait à l'échelle d'un autre niveau que celui de la Belgique. Donc dire que la fermeture des centrales va faire exploser nos émissions belges, ce n'est pas vrai.

Pascal Vrebos: Donc Van Ypersele se goure?

Zakia Khattabi: Je ne sais pas s'il se trompe. Il dit vrai quand il dit que les centrales à gaz produisent du CO2, je le dis aussi. Sauf que je complète par la réalité institutionnelle. C'est un calcul qui est fait à l'échelle européenne, dans le cadre d'un marché qui est plafonné et qui s'inscrit à l'horizon 2050 de neutralité carbone. Par ailleurs, le CRM (ndlr: mécanisme de rémunération de capacité, voir explication ci-dessous) a été salué par l'Europe parce que ma collègue Tinne Van der Straeten a fait inscrire un objectif de décarbonation de ces centrales. Donc tout ça est bien cadré dans l'objectif de la décarbonation à l'horizon 2050.

Qu'est-ce que le mécanisme de rémunération de capacité (CRM)?

Voici les explications du Service public fédéral Economie sur le sujet: "En 2021, la Belgique a introduit un mécanisme de rémunération de capacité ("CRM") afin d’assurer la sécurité d'approvisionnement en électricité après la fermeture prévue de toutes ses centrales nucléaires tout en soutenant la transition énergétique. A partir de 2021, ce mécanisme apportera un soutien, au moyen d’enchères annuelles, aux unités qui peuvent fournir ou économiser de l'électricité à partir de 2025".

Plus de précisions sur le CRM sur ce site.


 




 

Vos commentaires