En ce moment
 
 

Stéphane Moreau a déjà signé son départ de Nethys: voici le montant estimé de ses indemnités

  • Stéphane Moreau devrait quitter Néthys avec 500.000 €

  • Voici le montant que touchera Stéphane Moreau, le patron licencié de Nethys

 

Le conseil d'administration de Nethys a révoqué lundi le management, dont le patron, Stéphane Moreau, rapporte Le Soir mercredi soir.

Les conventions des cinq membres du comité de direction de l'entreprise (Stéphane Moreau, Pol Heyse, Jos Donvil, Bénédicte Bayer et Frederic Vandeschoor) ont été révoquées par le conseil d'administration de Nethys, tient le quotidien à bonne source.

La rupture doit se faire avec versement d'indemnités qui s'élèveraient à deux ans d'émoluments. En tenant compte des plafonds fixés par le décret wallon, le quotidien évalue à 500.000 euros le montant que chacun devrait recevoir.

Muriel Targnion, la présidente du Conseil d’administration d’Enodia, était l’invitée de la matinale de Bel RTL. Elle a confirmé ce montant au micro de Fabrice Grosfilley. "Un départ à l’amiable", selon Muriel Targnion: "Il n’y a aucune faute grave qui a pu être relevée jusqu’à présent. Si quelqu’un nous prouve le contraire, on l’écoutera. Le conseil d’administration de Nethys a plutôt salué le travail, puisque quand ce management a repris l’entreprise il y a plus ou moins 15 ans, il y avait 1.000 emplois et on avait une valeur de plus ou moins un milliard et maintenant on a une valeur de trois milliards et il y a 3.000 emplois", a-t-elle indiqué.

Le président du conseil d'administration de Nethys, Pierre Meyers, ainsi que les membres du comité de direction n'ont pas souhaité réagir à l'information publiée dans la soirée.


Un trio de sages

Par ailleurs, mes noms de trois capitaines d'entreprises de premier plan seront proposés vendredi à l'assemblée générale de Nethys pour en devenir les nouveaux administrateurs. Ils auront pour mission de mettre de l'ordre dans la société, et assurer l'éviction du management actuel, rapporte le Soir.

Ces trois "sages" sont Jean-Pierre Hansen, ex-patron d'Electrabel, de Laurent Levaux, le président du CA d'Aviapartner, société de services aéroportuaires qu'il a dirigée de 2008 à 2016, et de Bernard Thiry, l'ancien patron d'Ethias et président de Resa, le gestionnaire de réseau du groupe liégeois Publifin/Enodia dont il devra dès lors démissionner.

Vos commentaires