En ce moment
 
 

Coronavirus en Belgique: un assouplissement des mesures pour les fêtes si les chiffres le permettent? (vidéo)

  • Coronavirus en Belgique: un assouplissement des mesures pour les fêtes si les chiffres le permettent? La ministre de l’Intérieur répond

  • Coronavirus en Belgique: un assouplissement des mesures pour les fêtes si les chiffres le permettent? La réponse de Frank Vandenbroucke

 
 
CORONAVIRUS
 

Les fêtes de fin d'année se dérouleront dès lors "en petit comité", a annoncé vendredi soir le Premier ministre Alexander De Croo à l'issue du comité de concertation. Mais si les chiffres liées à l'épidémie de coronavirus sont "bons", pourrait-on malgré tout permettre aux Belges d’accueillir plus de personnes chez eux ? Un assouplissement in extremis est-il possible pour Noël et Nouvel An? Voici la réponse d'Annelies Verlinden, la ministre de l'Intérieur, et de Frank Vandenbroucke, vice-Premier ministre, ministre des Affaires sociales et de la Santé publique.

La règle consistant à ne recevoir qu'une seule personne restera en vigueur pour les fêtes de fin d'année. "La période de Noël sera différente. Nous le fêterons en comité plus restreint", a indiqué Alexander De Croo. "Mais nous devons veiller à ce que les fêtes ne se déroulent pas dans la solitude. C'est pourquoi les 24 ou 25 décembre (mais pas les deux), les personnes isolées auront la possibilité d'inviter deux personnes en même temps."

Mais si les chiffres liées à l'épidémie de coronavirus sont "bons", pourrait-on malgré tout permettre aux Belges d’accueillir plus de personnes chez eux ? Un assouplissement in extremis est-il possible pour Noël et Nouvel An?

Invitée dans l'émission C'est pas tous les jours dimanche, Annelies Verlinden, la ministre de l'Intérieur a répondu à cette question. "Le gouvernement a décidé de mettre en place une stratégie de gestion. On va donc suivre les chiffres. S’ils diminuent largement et que nous ne sommes pas dans une zone à risques, on pourrait considérer cela. Ce n'est pas exclu. Mais, je dois être très honnête. Je ne crois pas qu’on peut annoncer des assouplissements. Notre tâche est d’être clairs. C’est un message dur. J’aimerais mieux communiquer des mesures souples...".

"La pire des choses, c'est l'incertitude", a indiqué Frank Vandenbroucke, vice-Premier ministre, ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, sur le plateau de C'est pas tous les jours dimanche. "Soyons clairs sur les chiffres: quelle est la réalité? On a convenu vendredi d'une stratégie de gestion. On a convenu pour cela de clignoteurs. Pour commencer le débat sur l'assouplissement des mesures, un des clignoteurs est de dire que le nombre de contaminations par jour doit être inférieure à 800 (moyenne journalière) et ceci pendant trois semaines. Aujourd'hui, cet indicateur est à 3.300. Est-ce que vous croyez que d'ici une semaine on sera à 800? C'est totalement exclu. Sauf miracle ou je ne sais pas quoi. Mais c'est totalement exclu. C'est la raison pour laquelle on a dit qu'on se reverrait début janvier parce que ce n'est pas exclu que début janvier on soit dans une situation meilleure. Deuxièmement, et c'est même plus important, le nombre d'admissions nouvelles dans les hôpitaux doit être inférieur à 75. Et aujourd'hui, on est à 240. Donc, c'est totalement exclu en réalité".

COVID-19 Belgique : où en est l’épidémie ce dimanche 29 novembre ?

 




 

Vos commentaires