En ce moment
 

Vendre du cannabis "light" dans des magasins, une bonne idée ? "On est dans le surréalisme à la belge complet"

Depuis quelques mois, des magasins vendant du cannabis "light" fleurissent ici et là. Qu’en penser ? C'est l'un des sujets abordés sur le plateau de C'est pas tous les jours dimanche.

Un nouveau phénomène se produit dans nos villes: l'apparition de magasins vendant du cannabis "light" ou CBD pour cannabidiol. Ces produits aideraient à soulager des douleurs et auraient des effets relaxants pour des personnes anxieuses. Est-ce un progrès ou un danger? Christophe Deborsu a reçu sur le plateau de C'est pas tous les jours dimanche plusieurs invités pour débattre de ce sujet.

Catherine Fonck, députée fédérale cdH, est pour la vente de cannabis thérapeutique mais estime qu'il faudrait vendre ce type de marchandises non pas dans des magasins mais uniquement dans des pharmacies, sur base d'une prescription d'un médecin. "Vendre un médicament n'importe où dans n'importe quel commerce, sans un encadrement très clair et sans avoir une connaissance précise du contenu, cela ne va pas", souligne-t-elle.


"Il y a aujourd'hui une espèce de flou juridique qui est une hypocrisie"

De son côté, Nicolas Martin, bourgmestre de Mons et député wallon PS, regrette que la loi actuelle ne soit pas claire en la matière. "On est dans le surréalisme à la belge complet. Je pense que la législation est tout sauf claire. Des personnes qui veulent ouvrir un magasin aujourd'hui sont ballotées d'un service à l'autre, de l'agence des médicaments vers le cabinet de la ministre, de la ministre vers le SPF Santé, du SPF Santé vers l'Afsca. Tous ont souvent un discours contradictoire. Et donc, il y a aujourd'hui une espèce de flou juridique qui est une hypocrisie par rapport à cette thématique puisque ce que disent les services à ces personnes, c'est qu'elles peuvent effectivement ouvrir ces magasins et vendre ce type de produits pour autant qu'ils ne dépassent pas la norme de 0,2% de THC. Mais les commerçants doivent normalement introduire sur l'emballage la notion de "non consommable". Donc en clair c'est vendu, pour respecter la loi belge actuelle, comme un pot-pourri, une espèce de décoration intérieure de maison", assure le socialiste. Pour lui, la Belgique devrait clarifier son cadre légal en la matière.


"Pour nos jeunes, ce n'est pas une bonne idée"

Catherine Fonck a ensuite pointé du doigt une "grosse difficulté": le fait que ce cannabis "light" est vendu sous forme d'herbe. "Du coup certains jeunes fument cela comme si c'était un joint, donc du cannabis, qui est une drogue clairement réglementée. La difficulté pour la police est la suivante: quand ils voient un jeune qui fume celui-ci lui dit que ce n'est pas du cannabis mais du CBD. La police est dès lors dans l'incapacité de pouvoir faire la différence sauf si on fait un test qui coûte très cher. Pour notre jeunesse, voir fleurir ce genre de magasins avec en plus une confusion au niveau des produits qui se ressemblent, ce n'est pas une bonne idée", martèle la députée cdH.


Quels effets sur la santé ? 

Enfin, Dominique Lossignol, chef de clinique à l’Institut Jules Bordet, évoque ses effets positifs sur la santé. "On a énormément de donnés qui indiquent les effets thérapeutiques notamment du CBD. Notamment sur la douleur chronique, les nausées, la sclérose en plaque, etc. Cette molécule n'a pas d'effets secondaires dramatiques, il n'y a pas d'accoutumance, pas d'effets toxiques sur les organes. Ce n'est d'ailleurs pas interdit chez les sportifs aux Jeux Olympiques", révèle le médecin qui plaide toutefois pour une prescription médicale plutôt que la vente dans des magasins.

Vos commentaires