En ce moment
 
 

Le profil psychologique de Jonathann Daval étudié: depuis l'adolescence, il souffre de troubles obsessionnels compulsifs

 
alexia daval
 

Le procès très attendu de Jonathann Daval, un informaticien de 36 ans jugé pour le meurtre de sa femme Alexia en 2017, s'est ouvert lundi devant la cour d'assises de la Haute-Saône, à Vesoul. Jugé pour "meurtre sur conjoint", il risque la réclusion à perpétuité.

Interrompu mercredi soir après un "malaise vagal" de l'accusé en plein interrogatoire, le procès de Jonathann Daval devant les assises de la Haute-Saône a pu reprendre normalement jeudi matin après que l'accusé a reçu l'aval des médecins. "C'est bon, officiellement un certificat médical de compatibilité a été donné et Jonathann Daval va au tribunal pour reprendre le procès", a déclaré l'avocat général Emmanuel Dupic. L'accusé a passé la nuit en observation à l'hôpital de Vesoul.

L'audience a repris à 9h. Elle a débuté avec une analyse du profil psychologique de l'accusé. Comme le rapporte l'Est Républicain, l'expert psychologue qui avait été chargé de l'examen de Jonathann Daval en 2018 a été entendu. Le praticien décrit un jeune homme dont l'enfance a été marquée par des problèmes de santé. 

Il s'adapte aux lieux et aux personnes

La mort de son père alors qu'il n'est âgé que de 13 ans entraîne par la suite le développement de troubles obsessionnels compulsifs. L'expert reprend des déclarations faites par Jonathann lors de ses dépositions. "J’étais très méticuleux, il fallait que tout soit bien rangé, à sa place, je détestais la saleté", avait-il affirmé. 

Le psychologue décrit un homme qui "se lave les mains un nombre de fois incalculables, peut rester sous la douche plus d’une heure à se frotter car il se sentait sale". Selon lui, le décès de son père lorsqu'il était adolescent a pu troubler le développement personnel de Jonathann qui devient alors très dépendant. "C'est-ce que j'appellerai une personnalité caméléon. Il s'adapte aux lieux et aux personnes, et agit comme il pense qu'il faut qu'il agisse… Il ne supporte que l’être aimé pourrait éventuellement s’écarter de lui, c’est quelqu’un qui a besoin d’une attention constante", résume-t-il selon des informations de nos confrères. 

 




 

Vos commentaires