En ce moment
 

Des riverains inquiets face au développement de l'aéroport de Charleroi: la piste d’atterrissage doit être allongée

L'aéroport de Charleroi présente sa future piste d’atterrissage. Elle passera bientôt de 2500 à 3200 mètres et permettra d'accueillir des avions qui assurent de plus longues distances. Durant les travaux et lors de l'exploitation de cette piste, l'aéroport espère minimiser les nuisances pour les riverains.

D’ici 2026, le projet devrait permettre à l’aéroport d’accueillir plus de 10 millions de passagers. Les vols commerciaux devraient passer de 47.000 à plus de 67.000. Si certains riverains soutiennent le développement de l’aéroport, d’autres craignent des nuisances sonores.

Présenté officiellement aux riverains fin décembre 2016. Le projet a ensuite été revu et modifié pour limiter l’impact sonore. 

"Un petit nombre de personnes risque d'être impacté légèrement négativement par le projet. Plus de 4.450 immeubles bénéficieront d'une amélioration. Pourquoi? Parce que les avions vont décoller de plus loin. Ils seront plus haut et feront moins de bruit. L'amélioration des flottes va également améliorer la situation de ces riverains-là", explique Luc Vuysteke, le président du comité de direction de la Sowaer. 


Un allongement nécessaire

Pour l’aéroport de Charleroi, l’allongement de cette piste est nécessaire. Un but: pouvoir accueillir de nouvelles compagnies aériennes.

"De plus en plus, le long courrier s'intéresse à des aéroports comme celui de Charleroi. Il y a des demandes et donc on doit pouvoir les réaliser. On a pu concrétiser le contrat Air Belgium et dans celui-ci, il y a une règle qui dit qu'il faut un allongement de piste dans trois ans", déclare Jean-Jacques Cloquet, l'administrateur-délégué de l'aéroport de Charleroi-Bruxelles-Sud.

Les travaux débuteront à l’automne et devraient durer 30 mois. Ce projet finalisé permettra la création de plus de 1500 emplois. 

Vos commentaires