En ce moment
 
 

Des pillages dans des maisons sinistrées de Pepinster: "Ça fait 5 jours que je ne dors pas"

  • Inondations: des actes de piillages dans les habitations sinistrées

  • Inondations: le point sur les recherches de victimes à Pepinster

  • Inondations: de nombreux bâtiments fragilisés à Pepinster

 
 
 

Pour ne rien arranger aux malheurs des sinistrés, plusieurs pillages ont aussi été signalés dans la région de Pepinster. La police a même renforcé ses équipes de surveillance auprès des maisons et des commerces abandonnés. Certains habitants préfèrent d'ailleurs, par sécurité, ne pas quitter leur habitation sinistrée.

"Il y a des pillages. On vient voler dans les maisons." Hors de question de quitter sa maison sinistrée pour une habitante de Pepinster. Elle veut pourtant éviter à tout prix de tomber nez à nez avec des voleurs. Elle nous raconte que deux hommes se sont approchés de son habitation il y a quelques jours. "Mon fils a eu une discussion avec eux. Ils sont restés bien 20 minutes là", indique-t-elle montrant un espace dans sa rue. "On les a pourchassés avec une Jeep."

Un autre riverain ajoute: "Ça fait 5 jours que je ne dors pas. On surveille tout. Les gens viennent par le tunnel du chemin de fer avec des lampes de poche à 1h du matin pour visiter les maisons."

La police sur le qui-vive

Un peu plus loin, c'est un supermarché qui a été visé par des pilleurs. Aurélie, responsable du supermarché, a surpris deux voleurs alors qu'elle venait constater les dégâts. "Ils avaient préparé des sacs avec du champagne, des alcools. Tout ce qui pouvait toujours prendre."

Aurélie a immédiatement transmis les noms des deux individus à la police. Certains pilleurs viennent repérer les lieux avant de commettre leur délit. Alain Barbier, chef de corps de la zone de police Vesdre, fait savoir: "Nous avons assez de force sur les terrains. Quand il y a une situation suspecte, appelez la police le plus rapidement possible que nous puissions réagir."

Ils ont même lâché les chiens

Les policiers patrouillent pour couvrir un maximum de territoire, mais les riverains eux aussi se protègent. "J'ai évacué tout ce qui avait de valeurs avec les pillages, on est sûrs de rien. La nuit dernière, la police a dû intervenir dans une rue. Ils ont même lâché les chiens. Il parait qu'ils ont attrapé quelqu'un." La police préfère prévenir. Ces voleurs risquent gros: "Ce genre de pillage, c'est tolérance zéro. Toutes les personnes interceptées seront poursuivies par le Parquet." Jusqu'à présent, plus d'une dizaines de personnes ont été interpellées par la police.

> DIRECT inondations: 50 personnes portées disparues ont repris contact avec les autorités




 

Vos commentaires