Accueil People

Robe déjà portée, orgelet à l'oeil et le minimum d'invités: l'ex du prince Harry, Cressida Bonas révèle les dessous de son mariage en pleine pandémie

Cressida Bonas a été la petite amie du prince Harry de 2012 à 2014, et s'est retrouvée, malgré elle sous les feux des projecteurs. Actrice de théâtre, cette jeune femme a préféré embrasser une carrière et se produire sur Leicester Square à Londres que devenir membre de la famille royale. Elle a donc quitté son prince. 

Loin du glamour des noces de plusieurs millions de livres de Meghan Markle et du prince Harry, Cressida a confié au Spectator Magazine quelques détails sur son mariage qui a eu lieu cet été dans la campagne anglaise en pleine pandémie du coronavirus avec Harry Wentworth-Stanley. "Mon mariage en confinement était un service religieux de 30 personnes, socialement éloignées et désinfectées. Des noces organisées en moins de deux semaines", décrit la jeune actrice.

Et d'énumérer les conditions sanitaires liées à une telle organisation: "Les restrictions signifiaient pas de recours à de chants, pas d'instruments à vent et de ne pas parler trop fort. Une déception pour une famille qui aime la musique. Ce n'était pas ce que nous avions envisagé... Mais cela fut une journée intime et spéciale, ce que nous n'aurions jamais pu imaginer. Imparfait et parfait - un jour que nous n'oublierons jamais."

Une robe déjà portée

"Quatre jours avant le grand jour, j'ai marché dans Oxford Street à la recherche d'une robe de mariée. Ne trouvant rien, je me suis souvenu d'une vieille robe de la marque Whistles que j'avais porté autrefois pour un clip de James Arthur. Je suis rentrée chez moi et j'ai trouvé la robe poussiéreuse au fond de mon placard. Après un peu de repassage, elle était comme neuve."

"Deux jours avant le mariage, je me suis réveillé avec un orgelet sur la paupière. Il était rouge, bulbeux et semblait pousser. Ma mère m'a recommandé d'appliquer la pommade. Cela n'a fait qu'empirer les choses. Le médecin a dit qu'il faudrait m'opérer après le mariage. Ce n'est pas le moment idéal, ai-je pensé. "Eh bien, ça pourrait être pire", m'a répondu le docteur..."Comment?", Me suis-je demandé."

"La nuit avant le mariage, j'ai séjourné dans un hôtel avec ma famille et ma demoiselle d'honneur. Je me suis couchée avec une compresse de concombre sur les yeux. Le matin est arrivé et nous nous sommes perdus en nous rendant à l'église. Un trajet supposé de 20 minutes a pris une heure."

Nous avons parcouru plusieurs fois une route à deux voies avant d'arriver avec 40 minutes de retard. Mon père semblait étrangement calme et je lui ai demandé s'il allait bien. Il m'a répondu: "C'est comme emmener Sheba [son chien] chez le vétérinaire." Il ne voulait pas le faire, mais savait qu'il devait."

Jour de tempête

"Il aime beaucoup mon mari, Harry [Wentworth-Stanley], d'ailleurs. Mais il ne voulait pas laisser sa fille partir. Je suis sortie de la voiture et j'ai mis mon pied dans une flaque d'eau. Ma sœur Isabella m'a dit de ne pas m'inquiéter, en disant: "La pluie est un cadeau" alors que je levais les yeux vers le ciel. Les gens disent toujours: "Oh, vous ne remarquez pas la pluie le jour de votre mariage!" Mais avec ces rafales de vents forts et ces pluies horizontales, je l'ai certainement fait. Mais comme le dit le vieil adage en anglais, "un nœud mouillé est plus difficile à dénouer".

"Comme Harry et moi avons tous deux des familles anormalement nombreuses (22 frères et sœurs et quatre parents entre nous), il était impossible pour eux tous d'être là. Mais tout le temps, j'ai simplement souhaité qu'ils soient là."

"C'était la seule partie triste d'une journée autrement heureuse. Je suis certain que nous valorisons encore plus notre famille et nos amis lorsqu'ils sont absents."

"Puis j'ai vu le visage d'Harry à l'autel et tout s'est mis en place. Les règlements de Covid, l'incertitude, les plans qui ont été chamboulés, tout avait disparu quand j'ai pris sa main."

"Le service religieux a vibré malgré le manque de chants. Il y avait le sentiment que tout le monde y était pleinement engagé. Avec les grands mariages et les grandes assemblées, je trouve souvent que ce n'est pas le cas."

"Avant de savoir que nous aurions un "mariage Covid'', nous parlions de la fête, de la liste des invités, du gâteau, des attentes des gens, de ce à quoi cela devrait ou ne devrait pas ressembler.  Mais avoir une petite cérémonie avec Harry et nos familles a rendu ce moment tout simplement magique."

"Après le service, j'ai troqué mes talons contre mes baskets et nous sommes partis à cheval. Une fois sur nos montures, le coeur plein, nous sommes partis dans ce temps orageux affronter notre vie future."

À la une

Sélectionné pour vous